Préserver les lignes du téléphone filé

Infolettre de An Electronic Silent Spring    Partie 2

Les Californiens poussent maintenant un lobbying agressif pour éliminer les lignes fixes traditionnelles de cuivre. La législation à cet effet peut-être déjà passée dans 20 États.

Le démocrate californien, Evan Low a récemment introduit AB2395, « Télécommunications : Remplacement du réseau téléphonique public commuté. » AB2395 a passé un comité de la Chambre Californie. Il doit passer un autre comité, puis passer au Sénat en Californie avant qu’il ne soit voté.

Trois ménages sur cinq ont encore une ligne fixe.

« Les téléphones de remplacement » comprennent Voice Over Internet Protocoles (VoIPs) tels que Magic Jack, U-Verse et Skype (qui nécessitent un ordinateur avec accès à Internet) — ou un routeur/modem qui fournit un accès téléphonique, Internet et câble — ou téléphone portable.

Quel est le problème? Lors d’une panne d’électricité, des gens dépendant du téléphone cellulaire et VoIP ne peuvent pas atteindre 911.

Toute personne qui veut une transmission sécurisée de données par l’intermédiaire d’un fax (moins piratable) — c.-à-d. un médecin, patient, banquier, agent immobilier, comptable, détaillant, carte de crédit ou un utilisateur de la carte de sécurité sociale — veut des lignes fixes maintenues.

Toute personne qui veut moins d’exposition au rayonnement électromagnétique, voudrait des téléphones fixes maintenus. Beaucoup de gens ne peuvent pas se permettre et/ou tolérer un ordinateur. Routeur/modems apparemment génèrent beaucoup de l’énergie sale. Le remplacement de ces « boîtes noires » avec des alimentations analogiques par des découpages d’alimentation est délicat, même pour les ingénieurs expérimentés; et il n’y a pas de recette universelle pour le faire. Les femmes enceintes, les enfants, les personnes ayant des implants médicaux et EHS ne doivent pas utiliser les téléphones cellulaires.

Alors, pourquoi les sociétés de télécommunications font elles du lobbying pour éliminer les lignes fixes? Ces lignes sont fortement réglementées (faut payer des taxes). Voice Over protocoles Internet sont beaucoup moins réglementés. Ils fournissent des sociétés de télécommunications avec beaucoup plus de rentabilité.

Après une panne de courant majeure en mars 2016, le chef de police d’Anchorage de l’Alaska a conseillé , « Ne coupez pas la ligne »

En 2013, B. Blake Levitt a écrit une évaluation dans le Connecticut en disant “dites au revoir aux lignes téléphoniques filées.”

Piratage

60 Minutes a récemment montré comment les étrangers peuvent pirater le téléphone dans votre poche. Ce n’est pas nouveau, simplement plus facile.

Entre temps, une nouvelle loi obligeant les conducteurs impliqués dans un accident de donner leur téléphone aux agents pour l’analyse des textos en conduisant.

Publicités

Enfants et écoles

Infolettre de An Electronic Silent Spring – partie1

L’Environmental Health Trust a compilé une spectaculaire liste internationale des écoles, des syndicats et des APP (PTA) qui ont pris des mesures pour assurer des milieux scolaires sains. http://ehtrust.org/policy/schools-unions-and-pta-actions

La chaîne de télévision PBS avec son programme  « Semaine de l’éducation » a rapporté des problèmes à propos de la vie privée et la sécurité des étudiants lorsque l’éducation est numérisée. Des centaines de numéros de sécurité sociale des enfants ont été volés. Les ordinateurs scolaires utilisés peuvent recueillir l’information sur les préférences d’un enfant : de nourriture, les noms des amis, notes, dossiers disciplinaires et plus. Les sociétés peuvent utiliser cette information pour créer des « profils de données extraites. » Il y a très peu, si de tout, de réglementation des données recueillies par les ordinateurs offerts par l’école.

Randi Weingarten, président de la Fédération américaine des enseignants, explique que Pearson (une société multinationale qui écrit des logiciels pour les programmes scolaires et les tests) « devient toxique, car elle favorise une mauvaise politique qui met profit sur ce qui est bon pour les étudiants ».  Elle invite les parents et les enseignants à faire pression sur Pearson pour changer de cap.

« 10 raisons pour lesquelles dispositifs portables devraient être interdits pour les enfants de moins de 12 » par ergothérapeute Cris Rowan a reçu plus de deux millions de visites.

Essentiellement, Rowan suggère un équilibre entre le temps technique avec le temps passé à l’extérieur, à la cuisine, parler de personne à personne, etc. — et donc, le temps devant la technologie est réduit. http://www.huffingtonpost.com/cris-rowan/10-reasons-why-handheld-devices-should-be-banned_b_4899218.html.

Voir plus sur la gestion de Tech équilibré.

Frais de lecture payés par TOUS les clients

Plusieurs citoyens ont l’impression que ceux qu’ont conservé leur compteur électromécanique ne paient pas des frais de lecture comme le font ceux qu’ont choisi le CNC ET que ceux qu’on choisit un CI n’en paient pas de tout.

C’est tout à fait faux. Peu importe le type de compteur que vous avez, vous payez la lecture; même ceux avec un CI. Ces frais sont cachés dans les frais de redevance que nous payons tous. Voici très bien expliqué par notre collège Jocelyne Breton de Lévis refuse :

La tarification du frais de redevance d’abonnement à 0,4064 ¢/jour (soit environ 12,13 $/mois) demeurera en vigueur au moins jusqu’au 1er avril 2017…. Alors on en a encore pour au moins une année complète avec la redevance.

De plus, l’abolition est accompagnée de l’apparition de la facture minimale fixée à 22 $/mois et d’une augmentation accélérée des tarifs de la 2e tranche de consommation (soit à partir de + de 41  kW/jour). Voir le lien.

Alors c’est carrément une façon déguisée d’aller en chercher encore plus dans les poches des consommateurs en hiver pour camoufler ou faire oublier le fait que de 2012 à 2017, la redevance d’abonnement comprenait les coûts de remplacement des compteurs, leur entretien et les frais de relève) que tout le monde aura payé en double pendant 5 ans avec les frais de 5 $/mois pour ceux qui ont accepté les CNC.

D’autre part, il faut aussi considérer que depuis 2014, les hausses tarifaires d’Hydro-Québec s’élevaient chaque année à plus du double de l’inflation… EN TERMES CLAIRS…. On se fait fourrer royalement depuis au moins 12 ans…. et ça va continuer de plus belle!

Quand va la situation changer? Quand VOUS le décidez :

Hydro-Québec est roi jusqu’à que le peuple décide.

La prochaine fois qu’on vous invitera à une manifestation, à signer une pétition, à écrire à votre député ou à la Régie, pensez au fait qu’HQ vous vole depuis des années et vous allez lui montrer qu’assez c’est assez!

400+ lettres, 13 000 signatures, 500 manifestants ce n’est pas assez pour mobiliser HQ ou le gouvernement. 250 000 étudiants dans les rues pendants des mois a fait une différence. Soyez prêts à le faire quand nous aurons besoin de vous.

ISO/IEC 27034 -sécurité des applications informatiques

Notre collège Jocelyne Breton de Lévis refuse a écrit une excellent article sur le fait que les compteurs intelligents n’ont pas la certification ISO/IEC 2703 et les rendre ouverts au piratage informatique.

Cette norme est accessible depuis 2011, et elle peut être implantée dans n’importe quel système ou application déjà en place, mais il est encore difficile d’obtenir une certification officielle d’ISO puisque peu d’experts qualifiés pour pouvoir auditer l’implantation et valider la certification.

Coup de canon dans l’argumentaire d’Hydro-Québec

La vie des EHS

How do we kill ourselves? Radiation

Excellent vidéo israélien sur l’EHS (en anglais et hébreu, sous-titré en anglais). Des adultes et des enfants sont interviewés décrivant leur calvaire. Des parents, préoccupés du fait que leurs enfants sont irradiés 7 heures par jour à l’école témoignent leurs désespoir et préoccupations.

Nous avons nos propres tragédies ici même au Québec et notre gouvernement, comme celui d’Israël, choisi irradier nos enfants et faire une étude épidémiologique dans 20 ans et compter les décès/ maladies (notamment cancer et cardiovasculaires) suite à leur implantation.

Les ondes WiFi gardent un enfant à la maison

La vie des EHS est plus qu’endurer la douleur et désagréments physiques. Pour plusieurs c’est le divorce, l’éloignement des enfants et autres membres de la famille et amis qui ne comprennent pas parce qu’ils sont asymptomatiques ou simplement choisissent de raisonner leurs symptômes moins handicapants (c’est l’âge, le travail, le stress, etc.). Grand nombre d’EHS laisse derrière, son couple, sa ville natale, sa famille, et son emploi. Ils vivent avec une crainte constante ne sachant quel nouvel appareil sans fil son voisin va acheter (TV, cafetière, téléphone, X-Box, etc.), quel routeur/antenne un fournisseur va installer, quand HQ va changer la tension, quand une nouvelle antenne plus puissante va être ajoutée, etc. Le stress et l’isolation finissent par être leurs compagnons; ce n’est pas surprenant que plusieurs choisissent le suicide.

Une nouvelle génération, très jeune, d’EHS est parmi nous; c’est à nous, les adultes, à nous informer et les protéger en demandant que le WiFi soit retiré des écoles. Le WiFi n’est qu’une connexion à l’Internet, ce n’est pas l’Internet. L’Ethernet est un meilleur choix (Internet câblé) Apprenons à utiliser les appareils sans fil intelligemment et avec précaution, ils ne sont pas des jouets que dans la publicité des fabricants.

Comme le dit le Dr Carpenter, « pas tous les enfants qui vivent prêt d’une ligne de haute tension vont développer une leucémie, mais quand c’est le vôtre, vous voyez les choses différemment… »

Situation du déploiement à travers la planète

Bonjour — Greetings — Shé:kon

Comme vous l’avez sûrement remarqué, depuis mai 2015 les infolettres se font plutôt rares ; par contre, vous trouvez les actualités sur notre page Facebook qui est alimentée toutes les semaines. La présente infolettre est longue et dit tout, ou presque sur :

 La situation du dossier des compteurs « intelligents » (CI)ici et ailleurs.

Carte interactive du déploiement envisagé à travers le monde.

CANADA

  • Québec—HQ clame que le déploiement s’est terminé en 2015. Dans son rapport trimestriel du 31 décembre 2015, elle admet avoir installé 79 000 CNC (elle a inscrit 71 K, mais c’est une « erreur » de calcul), sans donner des nouvelles sur les demandes en attente ni le nombre de compteurs électromécaniques protégés et non accessibles. Même en tenant seulement compte de ces 79 000 CNC installés, elle n’atteint plus le seuil de rentabilité puisque ces refus représentent 2 %, alors qu’il ne fallait pas qu’ils dépassent 1 %. Le refus total est fort probablement proche de 6 %.
    • HQD semble vouloir inscrire aux Conditions de service d’électricité (CDSÉ)7 $ par mois pour la lecture des compteurs et 140 $ pour le changement de compteur, alors que la dernière décision à ce sujet était de demander 5 $ par mois et 85 $ pour le changement de compteur. Si vous avez un CI que vous désirez le remplacer par un CNC, c’est le moment d’en faire la demande.
    • Les tarifs ne cessent d’augmenter.
    • Les incendies continuent à se déclencher sans qu’HQ admette que le CI en est la cause. De plus, HQ ne peut pas être tenue responsable de tout changement /variation de tension ou fréquence qui peut endommager les appareils de votre demeure (article 4.1 des CDSÉ). Le CI est très sensible à ces variations, et cela peut causer des courts-circuits et des dommages à vos appareils et à votre demeure…
    • Comme ailleurs, les services d’incendie (les pompiers) reprochent à HQ de partir avec le compteur brûlé, les empêchant ainsi de faire une expertise sur la cause/source de l’incendie.
    • Un citoyen nous informait que les compagnies d’assurance ne couvriraient plus les dommages causés par le CI. Vérifiez les clauses de votre contrat.
    • Une citoyenne de Dollard-des-Ormeaux et une autre de Laval ont reçu la visite d’un inspecteur la semaine dernière qui n’a pas pu avoir accès à leur compteur puisqu’il était protégé. Ces citoyennes ont ensuite reçu une lettre leur donnant 15 jours, à partir de la date de la lettre, pour donner accès à leur compteur, autrement leur service d’électricité allait être interrompu. HQ a le droit de le faire : voir à ce sujet les articles 12.2, 12,3 6, 8 et 4 (des CDSÉ). Pour connaître la procédure avant que le service soit interrompu, lire les articles 12.6, 12.7 et 12.8. Le client reçoit un seul avis par lettre recommandée. Nous avons reçu des appels téléphoniques et des lettres à cet effet dans le passé, lors du déploiement dans notre région, et cela avait été sans suite. Maintenant que le déploiement est officiellement terminé, les clients (plus de 100 000) qui ont protégé leur compteur (en empêchant HQ d’y avoir accès) sont visés. Nous vous tiendrons au courant sur notre page Facebook et notre site Web si jamais une telle interruption de service a lieu et, surtout, nous vous informerons sous peu de nos plans d’action. Pour le moment, HQ ne coupera le courant à personne. Un autre courriel vous expliquera les raisons.
    • En plus des groupes Refuse régionaux et du groupe provincial Refusons les compteurs, un autre groupe, pour les personnes électrohypersensibles (EHS), s’est formé : Je porte un cœur blanc (qui demande une zone blanche pour les EHS). Pour avoir des informations sur la problématique dul ogement et les droits de la personne, AirVie vous offre des informations détaillées.
    • Soyez prudents. Sur les réseaux sociaux des citoyens, probablement des trolls, sont en train d’inciter les abonnés à faire des démarches pour remplacer leur CI par un compteur électromécanique. Le compteur appartient à HQ ; par conséquent, briser le sceau et remplacer le compteur est illégal (voir les CDSÉ, article 13.2) et peut avoir des conséquences graves pour l’abonné. Pour le moment, HQ tolère ceux d’entre nous qui avons protégé notre compteur. À aucun moment, nous n’avons trafiqué le compteur, ni touché le compteur, ni brisé le sceau, et nous payons nos comptes à temps. Même si le remplacement est fait par un maître électricien et que le tout est filmé, l’abonné sera poursuivi en justice pour avoir enfreint l’article 13.2. Nous décourageons fortement cet acte.
  • Alberta – En 2011, les clients commerciaux et les plus grands consommateurs avaient des compteurs intelligents communicants surtout par CPL. La lecture automatique limitée de compteurs était déployée, en plus de la communication par CPL déployée par FortisAlberta Inc. et ATCO Electric Ltd, et certaines installations avec des compteurs à RF (non communicants) étaient en place, mais seulement pour les grands consommateurs.
    • En 2014, le déploiement s’est fait brièvement à Medicine Hat : lorsqu’il y a eu des incendies des compteurs en Saskatchewan, le déploiement s’est arrêté.
    • À Edmonton, c’est la compagnie Epcor qui a commencé le déploiement des compteurs intelligents, en 2016. Son site Web est inaccessible aux non-résidents.
    • Nous avons la confirmation de l’existence du droit de refus (Opt-out) assorti de frais annuels de 183 $, mais sans frais d’installation. Epcor ne mentionne pas si le compteur non standard est numérique ou pas. On suppose que oui. La demande doit se faire par écrit.
    • Des compteurs de gaz et d’eau sont aussi installés, mais pas nécessairement à RF : par fibre optique, CPL, antennes cellulaires.
    • Il y a deux groups citoyens :Alberta Smart Meters –Know the story? Et EPCOR WE SAY NO to Advance Meters aka SMART Meters
  •  Colombie-Britannique – Déploiement débuté en 2011. Environ 500 000 foyers ont refusé le CI (Itron). Pour les convaincre de changer d’idée, la compagnie d’électricité a introduit une option de retrait assortie de frais de 32,40 $/mois. Le nombre de refus a été ainsi réduit à 50 000.
    • Maintenant, les citoyens ont le choix de garder leur compteur électromécanique (32,40 $/mois) ou un compteur non communicant avec le module à radiofréquences (RF) en position d’arrêt (20 $/mois).
    • Puis, 88 000 CI défectueux sont désinstallés en 2015. BC Hydro insiste sur le fait que les autres compteurs vont arriver à leur durée de vie de 20 ans…
    • Groupes citoyens : Coalition to Stop Smart Meters, Citizens for Safe Technology. Ces deux groupes sont très impliqués ; d’autres groupes locaux leur sont affiliés.
    • BC Hydro ne cesse d’augmenter les tarifs d’électricité.
    • Une centaine d’incendies ont été causés par les CI ;celui-ci a eu lieu le lendemain de son installation.
    • Même les pompiers sont contre le projet de lecture à distance (LAD) et pour différentes raisons, incluant la tarification selon l’heure d’utilisation.
  • Saskatchewan – Le déploiement a eu lieu en 2014. Après 8 incendies, le gouvernement a arrêté le déploiement et fait retirer plus de 100 000 compteurs qui ont été remplacés par des compteurs non communicants (CNC). Pour le moment, SaskPower n’a aucune intention de les faire remplacer par des CI.

ÉTATS-UNIS

Aux États-Unis, le gouvernement a subventionné les déploiements. La subvention n’étant plus offerte, le déploiement est plus lent. Seulement 40 % des foyers ont un CI.

Quarante États ont des groupes citoyens pour le refus du CI. Il y en a près de 200, incluant 17 groupes nationaux.

Sharon Noble de stopsmartmeters.org a compilé une liste détaillée des « opt-out » (abonnés qui ont fait valoir leur droit de garder leur compteur électromécanique) en Amérique du Nord. On y constate que 15 compagnies d’électricité autorisent déjà les compteurs électromécaniques (analogiques, en anglais « analog ») et que 5 d’entre elles (le LADWP en Californie, Plata Electric Association au Colorado, Ashland Electric Department et Eugene Water & Electric Board en Oregon et dans l’État du Vermont) l’offrent gratuitement.

Contrairement au Canada, dans plusieurs États le propriétaire du compteur est le client et il peut le remplacer pourvu que le nouveau compteur soit homologué. Pour cette raison, vous trouvez sur Internet des compagnies qui en vendent.

La liste de tous les groupes citoyens au monde contre les CI est compilée par le groupe californien Stop Smart Meters! Ce ne sont pas tous les groupes du Québec qui sont inclus, mais l’Union des consommateurs l’est…

Poursuites en Amérique du Nord.

Ici, au Québec, quoique plusieurs citoyens aient dit qu’ils étaient prêts à poursuivre HQ, à notre connaissance, une seule citoyenne l’a fait et elle a perdu son procès. Sa plainte se basait sur les problèmes de santé que pourraient lui causer un grand nombre de CI. Elle a déposé une requête en injonction devant la Cour Supérieure du Québec contre son syndicat de copropriété et contre Hydro-Québec afin d’éviter l’installation de 13 compteurs nouvelle génération (ou CI) à un mètre de sa cuisine. Le fait de refuser le sien ne suffisait pas à régler son problème parce qu’elle serait de toute façon irradiée par les 12 autres compteurs. Puisque Santé Canada ne considère pas que les CI sont un problème pour la santé et puisque les autres propriétaires de condo ont le droit de choisir s’ils refusent ou non leur CI, sa cause a été rejetée.

Un nouveau recours collectif a été intenté et il touche TOUTES les compagnies de télécommunication, incluant HQ. Vous pouvez avoir plus d’info ici. Lévis refuse a compilé une liste de citoyens qui se sont plaints des abus des installateurs ou des frais d’HQ.

Ce recours collectif contre BC Hydro a débuté en 2013 et on attend en 2016 le jugement (savoir s’il sera accepté ou non).

Poursuite en 2016 contre Hydro-One pour pratique de mauvaise facturation.

Les incendies se poursuivent, ici au Québec, comme ailleurs. Cet article porte sur les décès causés par les CI.

AMÉRIQUE LATINE

Le déploiement a commencé en catimini et, pour le moment, il n’y a pas de mouvement citoyen informant les citoyens. Au Mexique il y a un blogue qui parle des dangers, mais il n’est pas très professionnel, plutôt sensationnaliste. Par contre, puisque le compteur appartient au client, lorsque des compteurs numériques à puce ont été installés, les abonnés les ont enlevés et ils ont exigé le retour de leur ancien compteur. La raison invoquée étant la hausse de la facture. Ils remplissaient une carte à puce pour les kilowatts achetés et, peu de temps après, la carte était vidée. En 2025, le déploiement couvrira74 % des abonnés. Il y a des plaintes aussi au Brésil.

Au Chili, le déploiement de la phase 1 a débuté en 2016. L’article dénonce là aussi la désinformation pratiquée sur l’ensemble de la planète par l’industrie.

EUROPE

Il y a seulement trois pays (Finlande, Italie, Suède) où la mise en place des compteurs intelligents est terminée. En effet, l’Italie et la Suède avaient commencé un déploiement à large échelle en 2003, bien avant l’incitation de l’Union européenne. Dans 10 pays (Angleterre, Autriche, Danemark, Estonie, France, Grèce, Irlande, Luxembourg, Pays-Bas), le pourcentage de déploiement pour l’année en cours ne dépasse pas les 15 % ou n’est encore qu’à la phase de projet pilote, sauf en Espagne, où le déploiement atteindra les 35 % fin 2014. Le reste des membres de l’UE est partagé :

  • il y a ceux qui ont répondu qu’ils étaient non favorables ou partiellement favorables au déploiement, comme la Belgique, la République tchèque, l’Allemagne, la Lettonie, la Lituanie, le Portugal et la Slovaquie,
  • ceux dont les décisions officielles sont en suspens, comme la Roumanie et la Pologne,
  • et ceux dont les plans de déploiement n’ont pas encore été publiés, comme la Bulgarie, Chypre, la Hongrie et la Slovénie.

Cartes montrant les résolutions pour ou contre les CI pour l’électricité et pour le gaz. En 2016, le CI pour l’eau est aussi en train de se faire installer.

Mise à jour sur certains pays :

L’OUEST

  • Allemagne : le ministère de l’Économie allemand a demandé au cabinet Ernst & Young une évaluation économique du déploiement des compteurs intelligents. Or, l’audit rendu public en août 2013 indique que les coûts de la mise en œuvre dépassent nettement les économies réalisées par les consommateurs.2015 —Ce n’est que pour les gros consommateurs que les compteurs « intelligents » (CI) seront installés. Depuis 2004, elle recommande la connexion par Ethernet ou fibre optique pour les écoles. Pour la téléphonie mobile, le Principe de précaution est recommandé par différents organismes et associations : l’Office fédéral de protection de rayonnement, le syndicat des enseignants, etc. De plus, les réseaux sans fil fonctionnent à une fréquence d’environ 2450 MHz ; des fréquences comprises entre 5000 et 6000 MHz peuvent également être utilisées. En mode d’attente, lorsqu’aucune donnée n’est transmise, le signal de balise est activé et désactivé à une fréquence de 10 Hz. La portée à l’extérieur est typiquement de 300 mètres.
  • Autriche – Le déploiement commence, mais uniquement pour les abonnés qui font la demande du CI. La ville de Salzbourg a une de normes les plus sévères au monde pour les antennes de cellulaire : 1 mW/m2 = 1000 µW/m2 (comparé 6 000 000 µW/m2 au Canada). Un quart des antennes respectent cette norme, le reste des antennes émettent entre 100 et 200 µW/m2 à la demande citoyenne de se connecter aux réseaux 3G, 4G, 5G. En 2012, l’Association médicale autrichienne a publié une directive pour diagnostiquer l’EHS.
  • Belgique – Le Principe de précaution est appliqué : pas de compteurs pour le moment. Seuls les très grands consommateurs ont déjà un CI, et le pays a privilégié, comme vecteur de communication, l’utilisation du câble de télédistribution. Ce pays a des normes très strictes et, en 2014, il a interdit la publicité et la vente de téléphones portables conçus pour les enfants de moins de sept ans. Téléphones mobiles et santé : pour une utilisation raisonnable.
  • Espagne — Le déploiement par courants porteurs en ligne (CPL, par les fils électriques) a débuté, et l’opposition aussi puisque le réseau électrique domestique n’est pas blindé. Il y a plusieurs groupes actifs, la PECCEM (Plataforma Estatal Contra la Contaminacion Electro Magnética) non seulement contre les compteurs, mais aussi contre toute la technologie sans fil. Les citoyens sont très actifs et nous avons publié depuis un an des événements où l’installation de tours d’antenne a été contestée ou bloquée.
  • Finlande – Le compteur par radiofréquences est en déploiement.
  • France – Le déploiement par CPL a débuté en décembre 2015 et l’opposition est farouche ; une quarantaine de communes s’y opposent et leur nombre grandit (il y en a aujourd’hui une cinquantaine). Toujours en 2015, la France introduit le principe de « sobriété » pour l’exposition du public aux champs électromagnétiques. La loi « Abeille » comporte un article interdisant notamment le Wi-Fi dans les crèches, ou plus précisément dans« les espaces dédiés (…) aux enfants de moins de 3 ans », et imposant que l’activation du Wi-Fi dans les classes d’écoles primaires se fasse uniquement pendant les activités numériques pédagogiques. Le Wi-Fi devra rester désactivé lorsqu’il n’est pas utilisé. Pour tout savoir sur les compteurs en France et ailleurs, voir ces 24 pages explicatives.
  • Grèce —En 2000, une loi (les « Mesures visant à protéger le public de l’exploitation des antennes terrestres fixes ») exige l’application de 60 % de la valeur limite recommandée par la Commission internationale sur la radioprotection non ionisante (ICNIRP) dans les endroits qui sont à moins de 300 mètres des écoles, les jardins d’enfants, les hôpitaux approuvés, les maisons de soins infirmiers, etc.). Au reste des lieux, la loi prévoit l’application de 70 % de la valeur limite de l’ICNIRP. Après la promulgation de cette loi, il a été interdit d’installer des antennes à proximité des zones sensibles. Le déploiement des compteurs a débuté en 2014 (10 % des clients).
  • Irlande —En 2005, l’Association des médecins irlandais environnementaux(IDEA), considère que le lien entre les symptômes de l’électrosensibilité et l’exposition aux champs électromagnétiques (CEM)est démontré et demande les normes de sécurité les plus strictes possible pour régir l’installation et l’utilisation d’un émetteur CEM (y compris la téléphonie mobile, le Wi-Fi, etc.) afin de réduire l’exposition de la population générale et en particulier les groupes les plus vulnérables. En 2008, les actes qui informent sur les risques d’une connexion Wi-Fi à l’école sont pris en charge par les scientifiques comme le professeur Olle Johansson. La facturation selon l’heure a été testée et, comme au Québec, il n’y a pas plus de 1 % d’adhérents. Malgré cela, le déploiement va être accéléré pour que ce mode de tarification soit appliqué.
  • Italie—Déploiement complété depuis 2010. Communication par CPL. Aucun mouvement contre le déploiement puisqu’il n’y a pas de pollution électromagnétique : les câbles sont blindés. Toutefois, la Cour a reconnu que les cellulaires causent des tumeurs au cerveau (du côté où l’appareil est utilisé), tout comme les tours de radio (Radio Vatican). Il est recommandé d’appliquer le Principe de précaution quant à l’utilisation des cellulaires par les enfants. Depuis 2007, une loi interdit l’utilisation des cellulaires en classe.
  • Liechtenstein— En mai 2008, le Parlement a adopté une loi qui stipule que « Les propriétaires des sites des stations de base sont tenus de prendre toutes les mesures appropriées pour assurer le rayonnement CEM “techniquement aussi bas que possible” pour atteindre fin 2012 la limite de 0,6 V/m (0,1 uW/cm²), en conformité avec le critère de transition Rapport BioInitiative et le règlement du Conseil de l’Europe en mai 2011. » Aucune nouvelle trouvée au sujet des CI.
  • LuxembourgDepuis juillet 2015, ce type d’appareil, le CI, n’estinstallé que pour tout nouveau contrat de fourniture d’électricité et de gaz. Pour les contrats signés avant cette date, Creos, le gestionnaire de réseaux d’électricité et de gaz luxembourgeois, a annoncé que « 95 % des compteurs électriques devront être remplacés pour le 31 décembre 2019 et 90 % des compteurs de gaz pour le 31 décembre 2020 ». La communication se fera par fibre optique.
  • Norvège —Bien qu’elle ne soit pas membre de l’Union européenne, la Norvège fait partie de l’espace économique européen (EEE) et, pour cette raison, elle applique certaines directives et certains règlements de l’Union européenne, notamment ceux qui portent sur le domaine de l’énergie. Le déploiement de compteurs àradiofréquences est en cours.
  • Pays-Bas– Les compteurs communiquent en utilisant le réseau de cellulaires en place : la technologie de communication mobile d’évolution à long terme (LTE).
  • Royaume-Uni– En 2012 un groupe citoyen s’opposant au déploiement des CI s’est formé : Stop Smart Meters UK. Ils ont réussi à retarder de 12 mois le déploiement du projet pilote, et ce n’est qu’en 2015 qu’il a recommencé, et ce, avec beaucoup d’opposition. Pour un résumé de la situation, lire les articles : The case against smart meters; ; Smart meters will cost £11bn – but you’ll be lucky if yours saves you £30. En plus de la santé, ce sont le coût des compteurs, les menaces à la vie privée et leur fiabilité qui sont les préoccupations principales des citoyens. Et le temps est en train de leur donner raison. Certaines écoles, en Angleterre, au pays de Galles et en Irlande du Nord sont déclarées zones blanches (pas de Wi-Fi). Quoique le gouvernement soit bien informé, le déploiement continue. Bonne nouvelle, les citoyens le sont eux aussi, et le mécontentement perdure. Il est possible qu’une fois de plus le déploiement s’arrête.
  • Suisse— Depuis 1999(en raison de l’Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant de 23/XII/1999), les limites d’exposition pour la fréquence radio sont de 61 V/m (10 µ W/cm2). Le pays adopte ainsi des normes 990 fois plus strictes que le critère de l’ICNIRP.

Depuis 2007, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) informe le public des moyens de réduire au minimum les risques associés à l’utilisation d’une connexion Wi-Fi et du téléphone mobile.

En 2010, le gouvernement suisse et la société Swisscom (dont 52 % du capital provient de l’État) offrent gratuitement le câblage à fibre optique à toutes les écoles publiques pour remplacer la connexion Wi-Fi. L’Association Smart grid suisse (Verein Smart Grid Schweiz –VSGS) soutient le déploiement généralisé du comptage évolué en Suisse, mais indique que le recours aux compteurs intelligents n’est toutefois pas une condition préalable à la réalisation d’un réseau intelligent. Le déploiement des compteurs devra être réalisé par les gestionnaires de réseaux. La solution de base offrant les fonctionnalités minimales devra être financée par le client final, par le biais du tarif de réseau. Une période de dix ans pour un déploiement généralisé de 80 % des compteurs évolués et de vingt ans pour un déploiement généralisé à 100 % semble appropriée.

L’EST

  • Slovénie – Le déploiement se fera par CPL. Depuis 1996, un décret a baissé les normes de 69 fois comparées aux normes de la Commission internationale pour la protection contre les rayonnements non ionisants.
  • Russie – Depuis 2003, les limites d’exposition établies dans la plage de 300 MHz-300 GHz sont de 10 mW/cm2 (comme en Bulgarie, en Pologne, en Lituanie, en Suisse, en Italie, au Chili, en Chine), ce qui fait que la Russie a des normes 990 fois plus sévères que celles qui sont proposées selon le critère thermique de l’ICNIRP). Le Comité russe de Protection contre les Rayonnements non ionisants déclare vouloir protéger la santé des enfants face aux dangers des téléphones portables et en déconseille fortement l’usage aux moins de 18 ans.
  • L’Europe de l’Est, pour l’essentiel, reste sans CI.

ASIE

  • Chine— La Chine a beau être en tête quand il s’agit du déploiement des compteurs intelligents, il serait quand même judicieux de tenir compte de la différence entre ses appareils et ceux qui sont déployés en Europe ou aux États-Unis. En effet, un grand nombre de compteurs déployés en Chine ne sont, jusqu’à présent, pas encore vraiment « intelligents ». La politique de déploiement en Chineconsiste à séparer les composants de mesure et les composants de communication des compteurs intelligents. En conséquence, les millions de compteurs déployés en Chine ne sont pas encore tous capables d’avoir des communications numériques bidirectionnelles, faute de ne pas être connectés au réseau par les composants de communications.

Entre 1987 et 1989, le gouvernement chinois a réglementé les CEM dans la gamme de fréquences radio de 300 MHz-300 GHz avec les limites et le niveau de référence suivants :

  • Exposition aux champs électromagnétiques environnementaux : 10 µ W/cm2 pour l’habitat humain, et 40 µW/cm2 là où les gens ne vivent pas ou ne travaillent pas pendant de longues périodes, ces normes sont ainsi de 990 à 960 fois plus sévères que la norme de l’ICNIRP ;
  • Niveau de référence pour le temps variable CEM : 200 mW/cm2 (800 fois plus stricte que la norme de l’ICNIRP).
  • Japon Le Japon fait partie des premiers pays au monde à avoir misé sur les « Smart grids » et peut être considéré comme le leader mondial en matière de démonstrateurs de recherche et de développement des Smart grids.Dans son Plan stratégique relatif à l’énergie (Strategic Energy Plan, April 2014), le gouvernement japonais prévoit que tous les foyers et locaux commerciaux seront équipés de compteurs communicants au début de l’année 2020. Quoique la connexion par fibre optique ait été discutée, celle-ci n’a pas été privilégiée :

Les technologies utilisées

  • Tokyo Electric Power (TEPCO) s’est allié à Toshiba et Landis+Gyr pour développer un système de comptage évolué fondé sur la combinaison de plusieurs technologies de communication : cellulaire, réseau radio maillé et CPL G3.
    • La technologie de communication ECHONET Lite-certification est testée pour déterminer si elle peut gérer les systèmes Home Energy Management System (HEMS), tout autant que les autres systèmes proposés par les fournisseurs (effacement, etc.).
    • Par ailleurs, Chubu Electric Power s’est associée à Mitsubishi Electric pour concevoir le mix technologique adapté pour les zones densément peuplées, les zones périurbaines et les zones semi-rurales. Ces partenaires ont choisi le logiciel OpenWay d’Itron pour la collecte et la transmission des données.
  • Asie du Sud-Est. Un excellent résumé de la situation peut être lu ici.

 AUSTRALIE ET NOUVELLE -ZÉLANDE  – Résumé de la situation et ICI.

AFRIQUE

Le déploiement est complètement différent parce que leur réseau l’est aussi. Le continent africain n’est électrifié qu’à 40 % et le CI va aider surtout aux fournisseurs à identifier les voleurs et fraudeurs d’Électricité. En Afrique du Nord, l’Égypte amorce le déploiement, timidement et par CLP. L’Algérie développe des compteurs 100 % Algériens, pas de mise à jour sur ce projet de 2013. L’Afrique du Sud commence le déploiement. Le Cameroun utilise, comme plusieurs pays de l’Amérique latine, des compteurs à prépaiement

Conclusion : Puisque la résistance citoyenne est très forte en Amérique du Nord et en Europe, et comme les subventions pour le déploiement aux États-Unis ne sont plus offertes, les compagnies se tournent vers des cibles plus faciles : l’Amérique latine et l’Asie. L’Asie ne sera pas nécessairement une cible facile. C’est un dossier à suivre.

Les fournisseurs sont très conscients d’être en train de saturer les réseaux : « Le traitement en temps réel d’une grande quantité de données provenant de l’Internet des objets augmentera proportionnellement à la charge de travail des centres de données, obligeant les fournisseurs à faire face à de nouveaux problèmes liés à la sécurité, à la capacité et à l’analytique ».

MERCI! THANK YOU! NIÁ:WEN!

 À tous nos bénévoles, de votre générosité, de votre temps et de votre encouragement. À Katia Primeau pour sa générosité et patience à vérifier et corriger nos info-lettres et autres documents.À l’AQLPA, le RAPLIQ et à l’Union des consommateurs pour défendre nos droits devant la Régie de l’énergie.

Et à vous tous de votre aide et de votre appui solidaire. Ensemble, nous y arriverons.

Basses Laurentides refuse

Hydro-Québec est roi jusqu’à que le peuple décide.