Sources de surfacturation des CNG

En espérant que ce texte vous aide à mieux comprendre la surfacturation. Si vous avez un CNG, vérifiez vos factures depuis son installation.

  • Capacité à comptabiliser les départs de moteur;
  • Erreur d’un compteur défectueux
  • Sources à venir :
    • Facturation différenciée dans le temps;
    • Remplacer tous les CNC par cause des incendies et la surfacturation de ceux qui font défaut, sous l’excuse que la technologie a évolué
  • Sources « négligeables » : 
    • Lecture aux quatre heures (six fois par jour);
    • Énergie utilisée pour communiquer entre eux.

Les compteurs émettent un signal approximativement toutes les 50 secondes pendant l’ensemble des 24 heures qui ne font rien d’autre, mais raconter à leurs voisins : allô… nous sommes ici et prêts pour vous. Puis, au-dessus de ces éclatements inutiles d’énergie RF, 6 fois par jour, ils transmettent également les chiffres de consommation au cours de cet intervalle de temps (probablement aux 4 heures).

Lectures aux quatre heures

Hydro charge environ 5 cents par kWh, pour les premiers 30 kWh par jour, et environ 8 cents pour la consommation excédant ce 30 kWh.

Alors, voici un petit exemple de consommation pendant trois jours :

Jour 1 — la consommation 20 kWh

Jour 2 — 30kWh

Jour 3 — 100 kWh

Pour un total de 150 kWh à la charge du client.

Si le calcul est effectué sur la période de trois jours (lecture une seule fois à la fin de la période de 3 jours), alors le coût sera : 90 kWh @ 5 cents, ainsi que le reste de 60 kWh @ 8 cents.

Si la lecture est prise tous les jours, donc le 30 kWh est appliqué chaque jour, alors la charge sera : 20 kWh @ 5 cents, plus 30 kWh @ 5 cents, plus (pour le dernier jour) 30 kWh @ 5 cents et 70 kWh. @ 8 cents.

Ainsi, le second cas génère une facture légèrement plus importante pour le client, MAIS il s’agit d’une très petite augmentation marginale qui n’explique pas l’augmentation de 20 % ou 50 % des abonnés

Énergie utilisée pour communiquer entre eux

Les compteurs utilisent 2,5 W/h à fonctionner, on parle de 2 $ par année. Ce ne sont pas les 20 $ par année d’augmentation due à la lecture quotidienne et la consommation du CI qui doivent attirer notre attention, mais les 40 $, 50 $, 60 $, 100 $ PAR MOIS que les abonnés sont en train de payer de plus par le départ de moteurs. Quand le CI dérape, là on parle d’augmentations de centaines de dollars par mois.

Les sources de surfacturation sont multiples et cumulatives, mais même là, le 20 % à 50 % est expliqué surtout par le fait que ces compteurs peuvent lire tout départ de moteur. Plus que nous avons des appareils à démarrage automatique (frigo, congélateur, sump pompe, calorifère, etc.) plus ta facture monte. Cela peut expliquer les 20 % à 50 %, surtout que le déploiement et le changement climatique vont de pair. Si de plus, vous avez un appareil qui marche mal, ex. : ma sump pompe est partie plusieurs fois cet été, et cela sans raison. Son mécanisme était coincé. Un vieux frigo peut partir plus de six fois par jour. Plus des gens dans la maison qui ouvrent sans cesse la porte du frigo ou de l’entrée, cela aussi peut à la longue augmenter la facturation si c’est une habitude.

Par contre, il a des augmentations encore plus salées et cela est le fait que ces compteurs sont très, très fragiles et prônes à commettre d’erreurs de lecture.

Ce sont les lectures d’énergie fantôme en Californie  sous prétexte que la chaleur cause cette erreur, tout comme surfacturation en campagne ontarienne (les RF rebondissent sur les roches et ne peuvent pas relayer l’info qui finissent par se faire manuellement et à des montants faramineux).

La facturation différenciée dans le temps ou Heure juste  va être une autre source importante de revenu pour HQ et d’appauvrissement pour nous. C’est question de temps, HQ va appliquer cette façon de facturer, c’est déjà le cas dans certaines régions où le CI est installé : OntarioCalifornia, C-B à venir

Personne ne veut, mais l’intention des compagnies d’électricité est unanime et ferme.

En conclusion, en dépendant de la température, de l’âge des appareils, de l’état de fonctionnement des appareils, du nombre d’appareils qui ont des départs automatiques, de nombre de personnes qui y habitent, la facture de ceux qui ont un CNG (« intelligent » ou pas) va augmenter de 20 % à 50 %. À cela il faut ajouter les augmentations qui ne cessent de nous être imposées. Les CNG remplissent les coffres d’HQ et vident nos maigres économies.

Une raison de plus pour protéger notre compteur à roulette et de continuer à refuser les CNG. La Northeast du Massachusetts a refusé d’installer les CI parce qu’ils n’ont pas vu aucun bénéfice ni pour eux ni pour leurs abonnés.

Publicités

Oyez! Oyez! Oyez! —- Actions immédiates à prendre

SVP, envoyez ce lien à TOUS vos contacts

La Régie nous a fait deux cadeaux :

  • 90 jours pour demander un CNC, si vous avez un compteur à radiofréquences, « intelligent » ou pas
  • Ceux qui ont un CNC vont avoir un crédit de 12 $/mois depuis qu’ils ont commencé à payer les frais dissuasifs et punitifs de 17 $/mois et aussi un crédit des frais d’installation qui sont désormais à 15 $ et cela avec intérêts

Ce que vous devez faire ASAP (l’offre vient à échéance le 1er janvier 2015)

Si vous avez un CNC (Itron avec un « X ») :

  • Téléphonez HQ au 1-800-569-2577 et demandez confirmation de votre crédit et la date qu’il sera accordé; enregistrez l’appel et demandez un numéro de référence et une confirmation par écrit.
  • Crédit : si vous téléphonez dans le délai des 90 jours :
    • Frais d’installation 15 $ (après cette date c’est 85 $)
    • Frais mensuels de 5 $
    • Mise à jour -25 octobre. Les clients qui ont déjà un CNC ont reçu une lettre avisant d’un crédit rétroactif avec intérêts. Si vous ne l’avez pas reçue cette lettre, téléphonez HQ comme expliqué plus haut.

Si vous avez un compteur à radiofréquences (« intelligent » ou pas) :

  • Téléphoner à HQ au 1-800-569-2577 et PAS à Capgemini qui va prendre 12 semaines pour le changer et ce sera après le premier janvier; vous risquez de ne pas profiter de cette offre;
  • Exigez une confirmation écrite avec numéro de référence;
  • Si HQ vous demande de communiquer avec Capgemini, soyez ferme en disant que vous êtes client d’HQ et pas de Capgemini et que vous exigez le changement dans un délai de dix (10) jours et pas un de plus;
  • Si les dix jours s’écoulent, envoyez une lettre par télécopie au 1-888-558-7879, tout en gardant votre reçu d’envoi.

Si vous avez un compteur électromécanique, nous vous recommandons de continuer à le protéger : vous ne payez aucuns frais pour ce compteur. Nous voulons le conserver pendant sa durée de vie qui est beaucoup plus longue que celle des CNG.

Si vous avez un compteur électromécanique est vous êtes dans la zone 2 ou 3 et vous préférez le faire changer pour un CNC, sachez que votre facture va augmenter sans que vous dépensiez plus d’énergie par le simple fait que ces compteurs sont capables de comptabiliser les départs de moteur. Si vous voulez quand même le changer, vous avez 30 jours pour vous prévaloir du même rabais à partir de la date sur le premier avis d’installation du nouveau compteur.

La politique de retrait n’est absolument pas équitable!

Le maintien de frais de retrait, même réduits, est toujours discriminatoire envers les clients à faible revenu.

L’option de retrait est toujours réservée au seul titulaire d’abonnement. Par conséquent, la politique d’option de retrait telle que maintenue par la Régie de l’énergie ne règle d’aucune manière les problèmes des clients qui sont aux prises avec plusieurs compteurs groupés dans leurs logements. La politique de retrait laisse sans recours toutes les personnes exposées aux radiofréquences émises par des compteurs situés dans les locaux qu’ils fréquentent régulièrement sans pour autant être titulaires d’un abonnement comme les employés, les prestataires de services, etc.

La décision de la Régie de l’énergie d’abaisser les frais de retrait au lieu de les abolir comme nous le demandons n’est pas une décision visant à rétablir une véritable liberté de choix pour les clients.

Cette baisse des prix assortie de l’obligation d’en profiter dans un délai limité nous apparaît comme une pression indue qui réduit encore plus l’équité et la liberté de choix des clients qui pour diverses raisons (voyages, maladies, etc.) auraient été dans l’impossibilité de respecter ce délai.

Malgré tout, nous encourageons les personnes qui ont déjà un compteur émetteur de radiofréquences à profiter de cette baisse des frais punitifs en se prévalant de l’option de retrait afin de se débarrasser au plus vite des compteurs électropolluants déjà installés et à inciter le plus grand nombre de leurs voisins à faire de même.

Nous continuons d’encourager ceux qui ont toujours le compteur mécanique à le conserver, car les compteurs électromécaniques sont fiables, n’émettent pas d’ondes nocives, ne coûtent rien et ne comportent aucun risque de piratage électronique ou d’éventuelle facturation différenciée (Heure juste).

Décision de la régie sur les frais de l’option de retrait

La régie a pris une décision concernant les frais de retrait.

Elle a réduit les frais et cela rétroactivement. Cette décision n’aide pas les personnes à faible revenu qui sont déjà prises avec une augmentation de la facture depuis qu’un CNG a été installé. Ni les personnes qui habitent un immeuble à plusieurs logements qui seront irradiés quand même par ceux qui ne veulent pas payer, ou ne peuvent pas payer, les frais mensuels et que leur logement se trouve quand même assez éloigné des compteurs. Pas un choix acceptable pour ceux qui ont un chalet qui est utilisé que deux mois par année et qui doivent quand même débourser 60 $ par année pour une lecture annuelle.

La régie aurait dû faire comme le Vermont offrir l’option de retrait gratuitement.

C’est une triste nouvelle parce que de toute évidence la régie ne semble pas consciente de la réalité économique des citoyens, tout comme le gouvernement qui continue à ignorer les demandes des groupes Refuse.

Que pouvons-nous faire? Continuer à nous opposer et à demander la gratuité. Les élections fédérales arrivent bientôt, posez la question aux candidats dans votre région et votez pour celui ou celle qui appuie publiquement la gratuité de l’option de retrait. Ensuite, allez voir votre conseil de ville et demandez la gratuité, si ce n’est pas déjà fait. Allez à chaque réunion et dites combien de plus par mois vous payez si vous avez un compteur numérique. Il faut que votre conseil voie vos faces. Vous pouvez simplement aller au période de questions, dire combien de plus vous payez en demandez ce qu’ils vont faire pour vous aider. Ensuite vous partez.

C’est à vous de faire la gratuité un point phare, parlez-en à tous vos contacts.

Sources:

Décision: http://publicsde.regie-energie.qc.ca/projets/222/DocPrj/R-3854-2013-A-0090-Dec-Dec-2014_09_24.pdf

Sommaire: http://publicsde.regie-energie.qc.ca/projets/222/DocPrj/R-3854-2013-A-0091-Dec-Dec-2014_09_24.pdf

Communiqué de la Régie: http://www.regie-energie.qc.ca/documents/communiques/Communique_RDE_RevisionFraisOptionRetrait_24sept2014.pdf

Risque de piratage des données des compteurs « intelligents »

Mise à jour 13 septembre 2014

Certifications ISO des compteurs « intelligents » /Rafiofréquences et gestion des risques dans le traitement des données personnelles et de la sécurité informatique

Voilà peut-être un coup de canon en plein milieu du lac de désinformation qu’Hydro-Québec nous sert. Cela pourrait même relancer le débat en minant le projet des compteurs intelligents à partir d’un autre front et sous un autre angle d’attaque. En effet, j’attire votre attention sur le fait que, dans l’argumentaire que l’on retrouve dans la page « Les enjeux » du site Lévis refuse, je mentionne un nouvel argument qui, à ma connaissance, n’a jamais été exploité, et qui pourrait bien faire une différence dans notre bataille. Il s’agit du point suivant :

« Vérifier que les mécanismes de ces appareils respectent le droit à la vie privée, par exemple la gestion des risques dans le traitement des données personnelles et de la sécurité informatique (par exemple, la norme internationale ISO 27034 sur la sécurité informatique), etc.; « 

Cet argument a l’air innocent présenté comme cela! Mais voyez ma note ci-dessous qui en explique la teneur réelle.

À titre informatif  Il n’est pas obligatoire d’être certifié ISO d’aucune des normes actuellement en vigueur pour avoir le droit d’opérer un commerce ou une industrie, et d’en vendre les produits et services. C’est vrai dans n’importe quel pays. Cependant, la certification ISO équivaut à un sceau attestant que vos procédés de fabrication, votre éthique et vos produits sont de qualité supérieure et correspondent à de très hauts standards internationaux. C’est donc une marque distinctive qui est sensée inspirer fortement la confiance chez les clients potentiels.

La Norme ISO/IEC 27034 porte sur la sécurité des applications informatiques. Elle a été publiée en novembre 2011 et adoptée par plus de 49 pays, dont le Canada! Cette norme est issue d’un énorme travail de recherche d’un de nos plus grands spécialistes canadien et québécois en sécurité informatique, M. Luc Poulin, M.Sc CISSP-ISSMP CSSLP CISM CISA ift.a.

Il s’agit d’une norme qui propose une approche de gestion intégrée de la sécurité applicative dans tous les domaines qui se servent d’applications informatiques pour gérer ou communiquer des données sensibles et qui, entre autres, mettent en cause la protection des données personnelles (identité, informations bancaires, etc.), la fiabilité et l’efficience d’applications (par exemple les avions, ordinateurs de bord, etc.) dont la performance et les résultats attendus dépendent de la fiabilité du réseau informatique à transmettre les données nécessaires au bon fonctionnement de ces appareils, aux bons endroits et aux bons moments. Les résultats de ces travaux ont été testés, mesurés et validés, par des pairs à l’échelle internationale, et ce, pendant plusieurs années, dans le cadre des travaux d’un comité international ISO auxquels ont participé les plus grands spécialistes en sécurité de l’information et des applications informatiques de la planète.

Une visite du site de Landys + Gyr nous apprend que, nulle part, il n’est fait mention que leur équipement détient une Certification ISO 27 034, qui correspond au plus haut standard actuel en matière de sécurité informatique appliquée à la protection des données et aux processus de fabrication et/ou d’utilisation d’équipements ou d’applications logicielles qui les gèrent. Actuellement, Landys + Gyr dit détenir :

  • la norme ISO 50001 qui vise une gestion efficace de l’énergie aide les organismes à réaliser des économies, à réduire leur consommation d’énergie et à faire face au réchauffement climatique;
  •  la norme ISO 27001 en Europe. Cette norme, publiée en 2005 et révisée en 2013, concerne uniquement la sécurité de l’information en tant que telle, dans une perspective de protection des actifs d’une entreprise ou de sa propriété intellectuelle sur les données qu’elle manipule. On peut en trouver une définition assez exacte sur ce lien . Ce qu’il faut comprendre, c’est que cette norme ne donne aucune marche à suivre sur le traitement de l’information à partir d’une gestion intégrée d’un traitement informatisé en lien avec la transmission ou la circulation électroniques des données par le biais de diverses applications, que ce soit à l’interne ou à l’externe de l’entreprise. Comme les compteurs intelligents collectent des données qu’ils transmettent par la suite, et qu’il y a non seulement une transmission par antenne, mais aussi une gestion informatique gérée par différentes applications et outils (logiciels, modems, serveurs, etc.), il faut un protocole blindé pour contrôler la circulation de toutes ces informations. En effet, le circuit emprunté pour le transfert des données transite d’un compteur à l’autre, le traitement des données qui s’ensuit se fait via des modems, des serveurs de plusieurs réseaux de communication informatique, et aboutit à différents endroits extérieurs au réseau d’Hydro-Québec. Il appert donc que la Certification ISO 27 034 est un des prérequis essentiels auxquels doivent répondre Hydro-Québec et Landis + Gyr avant de seulement songer à implanter une nouvelle technologie gérant les comptes personnels de toute une population qui paie pour ces services et qui s’attend à de hauts standards de qualité et de sécurité.

Vous trouverez un aperçu de ce que gère la norme ISO/IEC 27034, ICI

Le hic, c’est que vous pouvez acheter une norme ISO. Ensuite, vous devez transformer vos processus de gestion et de fabrication en fonction de cette norme. Par la suite, lorsque la certification est possible, l’étape suivante consistera à obtenir la certification qui correspond au pays où vous désirez opérer pour avoir le droit de vous servir de cet incitatif afin de mettre votre clientèle potentielle en confiance. Cette certification n’est pas attribuée par ISO, mais bien par des organismes de certifications indépendants qui ne sont pas pour l’instant en mesure d’évaluer cette certification. Si notre compréhension est exacte, la démarche de certification sera donc valide en fonction des pays dans lesquels l’organisme de certification sera reconnu. Donc, si vous voulez opérer en utilisant la certification ISO pour valider la qualité de votre démarche et de votre produit, pour une même norme, vous devez vous certifier plusieurs fois en fonction des pays où vous voulez étendre vos activités.

Voici les précisions que Landis + Gyr mentionne sur son site internet concernant les normes auxquelles elle dit se conformer :

  • 27 mars 2014, obtention de la certification ISO 27001 en Europe, mais pas pour tous les pays. D’après mes recherches, ils sont certifiés en Suisse, en Grèce et dans 3 pays du Royaume-Uni, mais il n’est pas précisé lesquels!!! Ils ont commencé les démarches pour la France, mais n’obtiendront pas la certification avant juin 2015. Aucune mention n’est faite pour le Canada… Voilà qui suscite donc de sérieuses questions!!!
  • Landis +Gyr affirment avoir obtenu la certification ISO 50001. Cependant, ils ne fournissent aucune indication à propos de la date de l’obtention et des pays dans lesquels ils sont certifiés. Me semble que quand on est certifié quelque part, on a avantage à le préciser… N’est-ce pas surprenant un brin???
  • Quant à l’adoption et à l’intégration des processus recommandés par la norme ISO 27034, il n’en n’est fait aucune mention sur le site de Landis + Gyr. La certification n’étant pas encore disponible compte tenu du fait que la norme soit récente, la norme peut tout de même être intégrée dans les processus de gestion et de fabrication.

Nous espérons que ce complément d’information sera utile et qu’il n’aura pas été trop ardu de le lire. Mais, nous estimons important de partager ce que nous savons à ce sujet.

Jocelyne Breton

De l’équipe Lévis refuse les compteurs

levis.refuse@gmail.com

Infolettre été 2014

Bonjour – Greetings –Shekon

  •  Comment se protéger des radiations à moindre prix
  • Risque d’incendie, vrai ou faux?
  • Surfacturation
  • Risque de piratage
  • Moratoires et demandes de gratuite des frais de l’option de retraite
  • Pétition 2014

 COMMENT SE PROTÉGER À MOINDRE PRIX

 Les citoyens continuent à nous faire part de leurs problèmes de santé suite à l’installation soit de leur CNG ou de ceux de leurs voisins. Ils nous demandent que faire pour diminuer leur exposition aux radiofréquences. Nous ne sommes pas des experts dans la matière et pour cette raison nous avons demandé à ceux qui le sont. Libre à vous à décider si vous protégez ou pas votre demeure. Les deux matériaux les moins dispendieux ce sont le papier aluminium et la maille en aluminium type moustiquaire.

 Couvrir le compteur

Le meilleur moyen de se défendre contre votre propre compteur « intelligent » est simplement de l’envelopper dans une feuille d’aluminium; trois ou quatre couches sur le côté et à l’avant, puis fixez-le avec du ruban adhésif de sorte que l’aluminium ne s’envole pas. Le ruban devrait toucher le boîtier métallique où se trouve le compteur. La plus grande partie du signal sort par l’avant de l’appareil. Cette opération réduit la force d’émission qui sort d’un facteur de 10 à 15 fois à l’avant et sur ​​les côtés. Dans la partie derrière du compteur « intelligent », le CEM est réduit par le fait que l’antenne pointe vers l’avant (extérieur) et par le boîtier métallique du compteur; dans l’ensemble, il est environ 10 fois moins puissant que dans l’avant de l’appareil; même si vous ne faites rien. Le signal est si fort que même si le compteur est à l’intérieur d’un garage et tout enveloppé, il peut encore communiquer assez facilement avec les compteurs du voisinage.

Si tous les voisins font le même geste, de 75 % à 95 % du problème sera réduit.

 Est-il nécessaire de faire la mise à terre des feuilles d’aluminium?

D’un point de vue CEM parce que le fil de mise à la terre sert plus comme une antenne que comme un chemin de terre pour un signal RF, donc la réponse est NON, pas vraiment nécessaire de faire la mise à terre; mais,
Oui, d’un point de vue électrique dans les cas où un mur entier (grande surface) est recouvert d’un matériau conducteur (par ex. Peinture graphite, grosse maille en aluminium), car ceux-ci peuvent devenir un danger électrique pour la maison.

En aucun cas, ne laissez personne dormir sur le mur adjacent au compteur!!!!! 

Les murs de ciment sont d’excellents isolateurs, les murs de briques sont isolateurs relativement faibles et les fenêtres (verres) sont des portes ouvertes aux RF. Donc, au moins avoir des moustiquaires en aluminium sur les fenêtres (cela aidera un peu). Si votre budget vous le permet, il y a des tissus avec fil métallique qui peuvent réduire votre exposition à +90 %. Simplement les placer comme de simples rideaux (plein jour).

 Pendant que vous et moi pensons à nous protéger sans dépenser une fortune, le PDG d’HQ, Thierry Vandal dort tranquille, sans compteur « intelligent » puisque Westmount Hydro a décidé de ne pas les installer.

 Est-ce que ces gestes entravent la communication des CNG?

Pas de tout, comme mentionné plus haut, le signal est si fort qu’il va traverser les murs de ciment et tout objet dans son chemin pour communiquer avec les CNG avoisinants.

 RISQUE D’INCENDIE, VRAI OU FAUX?

Ce sont les incendies des compteurs à la Saskatchewan qui ont intéressé à beaucoup d’entrevous (plus de 10 000 visites sur notre page Facebook). Le risque est réel; quoique seulement trois incendies ont été rapportés dans les médias (St-Léonard, St-Adolphe d’Howard et St-Clet), d’autres ont eu lieu, mais ne sont pas médiatisés. Dans les Laurentides nous avons eu de rapports à Deux-Montagnes, Ste-Sophie, St-Jérôme et Ste-Agathe.

 Il y a plusieurs facteurs qu’entrent en jeu :

  • Les incendies nous montrent que les CNG ne possèdent pas de dispositifs de protection (plus dispendieux que le CNG);
  • Fragilité des CNG (les composants sont connus d’avoir une durée de vie très courte, le plastique aussi, carte à circuit imprimé qui fissure avec le changement de température, etc.);
  • Les CNG Sensus ont été retirés à cause des incendies et nos CNG ont un module de communication Sensus;
  • Les CNG sont installés sans balancer les courants;
  • Pas de certification CSA, UCL ou UL;
  • Pas de certification ISO;
  • Les CNG sont installés hâtivement et la partie femelle (côté de la maison) peut être endommagée en voulant faire vite;
  • Les CNG sont fixés hâtivement dans le boîtier sans couper le courant avant l’installation;
  • La partie femelle de la connexion peut être déjà endommagée (corrodée ou élargie) et pas détectée par les amateurs qui font l’installation;
  • Les installateurs posent le CNG sur le sol enneigé et l’eau risque de causer un court-circuit;

 Les experts nous expliquent que des court-circuites ou de surtensions, soit venant du CNG même, soit de la ligne d’alimentation ou par la manière que les CNG sont installés, sont les responsables des explosions et incendies et que de toute évidence les soit distants compteurs « intelligents » sont incapables, par leur conception même, de se protéger et encore moins protéger la section de l’abonné.

 Le danger d’incendies des CNG augmente lors qu’il a des surtensions sur le réseau électrique.

Ceux-ci ont tendance à augmenter lorsque le réseau électrique est lourdement chargé.
Le réseau électrique d’Hydro-Québec est peu chargé en ce moment, et les compteurs sont nouveaux.

Quand notre grille sera plus chargée et « notre » compteur indésirable un peu plus âgé, il est très probable que le nombre d’incendies va augmenter. Il ne faut pas oublier que ces compteurs sont conçus avec plusieurs applications, incluant communiquer, non seulement avec tout appareil « intelligent » avec une carte Zigbee, mais aussi avec les compteurs de gaz et d’eau.

Ensuite, nous allons entendre le porte-parole d’HQ et ceux qui poussent cette première vague de CNG dire, par exemple : Ça alors! Les CNG actuels sont devenus vieux, nous avons besoin de nouveaux!

Ou, ils diront : Il est important de garder notre grille à un niveau constant et éviter trop de commutation, et c’est pourquoi nous allons commencer à faire payer les abonnés une tarife d’électricité plus haute en période de pointe de manière à décourager la consommation et éviter les surcharges, les incendies potentiels et économiser de l’argent. C’est déjà le cas partout où les CNG sont installés.

 Sans doute les as de la communication à la solde d’HQ sont déjà en train de penser à la publicité pour nous vendre les compteurs de nouvelle, nouvelle, génération : « CNNG », de la deuxième vague.

 SURFACTURATION

Plusieurs citoyens sont surpris de constater que depuis le CNG, « intelligent » ou pas, a été installé chez eux, leur facture a augmenté d’énormément beaucoup. La réponse est simple : HQ a raison, les compteurs numériques sont plus précis. Ils mesurent tout départ de moteur, ce que le compteur électromécanique ne peut pas faire. Votre réfrigérateur part en moyenne six fois par jour pour maintenir sa température… même pendant votre absence. Maintenant tout départ de vos appareils : congélateur, lave-vaisselle, plainte électrique, sum pompe, etc., et bien comptabilisé.

 Un autre point important est que ces compteurs sont incapables de vous créditer l’énergie non utilisée, ce que le compteur électromécanique est capable de faire.

 De ces deux faits, vous payez de 10 % à 50 % de plus que d’habitude sans avoir gaspillé un seul kilowatt de plus. 

 Le fait que ces compteurs sont très, très fragiles, il est possible que certains facturent trois, quatre et jusqu’à sept fois de plus. Dans ce cas, il faut insister pour qu’il soit changé.

 En 2011, Pacifique Gas and Electric Company, a admis que près de 1600 dits compteurs « intelligents » avaient chargé les clients pour une alimentation fantôme (non existante). Les compteurs, fabriqués par Landis + Gyr, fonctionnent mal quand ils deviennent trop chauds. 

 Conserver le compteur électromécanique reste le meilleur choix.

 RISQUE DE PIRATAGE

À Toronto, 179 000 dossiers de clients ont été piratés en 2010. Rapport de Verizon.

 MORATOIRES ET DEMANDES DE LA GRATUITÉ DES FRAIS DE L’OPTION DE RETRAITE

 Le nombre de municipalités continue à grandir. Plus de 110.

 PÉTITION 2014

 Pour ceux d’entrevous qui n’ont pas encore signé la nouvelle pétition qui se trouve sur le site de l’Assemblée nationale, vous avez jusqu’au 17 octobre 2014 pour la signer en ligne.

 En espérant que ces infos vous seront utiles, je vous souhaite une belle fin d’été.