Infolettre février 2015

Bonjour- Greetings – Shé:kon

PDF Infolettre février 2015

Le temps des fêtes n’a pas été de tout repos, voici les nouvelles :

  • Remise du prix humanitaire
  • Rabais d’installation de l’Option de retrait avant le 5 janvier
  • Plaintes à l’Union des consommateurs
  • Urgent » Nouvelle dernière minute!
  • Règlement municipal à Magog
  • Surfacturation
  • Recours collectif
  • Compteurs Sensus
  • Compteurs à radiofréquences : gaz et eau
  • Avoir des nouvelles sur les pages Web et Facebook

Remise du prix humanitaire

Un gros merci aux récipiendaires, M. Omar Laguardia, directeur du bureau de Tourisme de Cuba et à Mme Nathalie Bonin, responsable du Développement des Affaires Canada à Iberostar, ainsi qu’à M. Patrick Cloutier, gérant du service en vol de Sunwing, de s’être déplacés malgré le mauvais temps et la distance. Nos remerciements aussi à M. Steve Gagnon, maire suppléant de Saint-Colomban, à M. Michel Gaudet, vice-président et directeur général de l’ASEQ-EHAQ (Association pour la santé environnementale du Québec-Environmental Health Association of Quebec), à Jean-Guy St-Onge du comité Cœurs blancs et à Marie-Michelle Poisson de Refusons les compteurs. Suzanne Éthier de St-Hubert refuse, René Robert de Boucherville refuse ainsi que  M. Fred Cunche, citoyen de Ste-Thérèse, et Mme Vivian Fernández, épouse de M. Laguardia, sont venus nous encourager et nous les remercions grandement.

Nous n’avons pas beaucoup de photos (voir site Web), mais votre générosité est gravée dans nos cœurs.

Point très important : M. Patrick Cloutier de Sunwing nous a annoncé que sa compagnie va accommoder de la même façon tout autre EHS (électro hyper sensible…) qui voyage avec cette société aérienne. En effet, la façon dont a été traité José Lévesque n’était pas l’exception, mais la règle en ce qui concerne le service offert par Sunwing à ses passagers. Nous avons appris que la société est aussi propriétaire d’hôtels sans Wi-Fi. Même son de cloche de la part d’Iberostar : tout est fait pour accommoder sa clientèle.

Dommage que notre propre gouvernement refuse d’accommoder ses citoyens, tout comme Hydro-Québec, une société d’État.

Nous avons invité plus de 150 journalistes et représentants des médias, et une seule journaliste s’est présentée et a publié, deux semaines plus tard, un article marquant l’événement, merci Mme Frédérique David : Un Colombanois voyage en limitant les ondes qui l’entourent.

Encore une fois, un gros merci à tous ceux qui ont fait un don pour permettre l’achat des plaques.

Profiter du rabais

Notre article « Choisir l’Option de retrait avant le 5 janvier » a été un succès : presque 50 000 visites sur le Web et plus de 330 000 sur Facebook. HQ n’a pas réussi à prendre tous les appels, et les citoyens ont envoyé leur demande par courrier recommandé ou simplement en ligne sur le site d’HQ (laquelle a rapidement bloqué l’accès). Suivez les directions dans ce document : Que faire après le 5 janvier. Oui, il faut informer la Régie de votre situation, mais aussi l’Union des consommateurs, ce qui nous amène au prochain point.

Plaintes à l’Union des consommateurs

Plainte à l’Union des  consommateurs : on recherche des plaintes de personnes n’ayant pu demander le retrait de leur compteur à radiofréquences (RF) avant le 5 janvier en raison des lignes surchargées, ou des personnes ayant procédé par écrit et n’ayant reçu aucune confirmation depuis. S.V.P., envoyez un courriel à Refusons les compteurs.

Urgent! Nouvelle dernière minute!

Nouveau délai pour l’option de retrait à rabais!

Nous venons tout juste d’obtenir la confirmation que le tarif réduit de 15 $ pour ceux qui désirent se départir de leur compteur intelligent (option de retrait)  a été repoussé jusqu’au 31 janvier 2015. Pour plus d’info.

Règlement municipal à Magog

Les municipalités peuvent adopter des règlements basés sur le Code civil : Loi sur les compétences municipales  Chapitre V — ENVIRONNEMENT, Section I — GÉNÉRALITÉS, Point 19 : Toute municipalité locale peut adopter des règlements en matière d’environnement. De plus, selon la juge Perrault (Châteauguay, 2013) les micro-ondes devraient faire l’objet d’une législation semblable à celle qui vise les pesticides [44].  Avec cette information, Magog refuse a contacté le conseil de ville à maintes reprises et presque tous ses membres semblaient convaincus de l’importance d’adopter un tel règlement.

La mairesse, Mme Vicky May Ham, a annoncé à la presse qu’elle recommandait aux citoyens du Canton de Magog et d’Omerville, desservis par Hydro-Québec de refuser l’installation de compteurs intelligents. Magog devait recevoir la lettre d’HQ en février, et c’est en décembre, soit trois jours après l’annonce de la mairesse, que les citoyens ont reçu leur lettre. HQ a demandé une rencontre avec la ville contrairement à son habitude de tenir une rencontre uniquement à la demande de la ville. La Santé publique a aussi rencontré le conseil et ce, comme HQ : à huis clos. Il va sans dire que la ville a changé son fusil d’épaule. Magog refuse va donner sa deuxième séance d’information, et mardi prochain la Santé publique rencontre les citoyens. « Une autre soirée d’information sur les compteurs « intelligents » à Magog. » Encore une autre municipalité intimidée par HQ. Aujourd’hui, la Santé publique rencontre les citoyens pour leur dire que les CEM sont sans danger!

Surfacturation

Les cas de surfacturation n’arrêtent pas de s’ajouter et, chaque fois, HQ blâme l’hiver et le client.

Nous avons été induits en erreur en considérant que les départs de moteurs étaient la cause principale de la surfacturation. En réalité, ces départs ne sont comptabilisés que pour l’industrie parce que leur durée est plus longue, alors que dans le secteur résidentiel ils sont  d’une durée négligeable. Il y a plusieurs raisons à la surfacturation. Essentiellement, c’est le fait que la consommation soit calculée de façon numérique qui pose problème, cela peu importe si le compteur est « intelligent » ou non, et quel qu’en soit le fabricant.

Une lecture numérique n’est qu’une approximation de la valeur réelle analogique. Plusieurs facteurs sont à la base d’une moins bonne lecture numérique, et la fréquence d’échantillonnage n’en est qu’une parmi d’autres.

Contrairement au compteur analogique (à roulette) qui tourne quand l’énergie est utilisée et qui retourne au réseau l’énergie non utilisée en donnant un crédit au client, le compteur numérique utilise une formule mathématique pour comptabiliser la consommation. Malheureusement, ses puces électroniques, très fragiles, entraînent un calcul erroné, et, comme cela se répète à chaque lecture, l’écart entre la valeur réelle et celle qui est obtenue augmente. Et cela, toujours en faveur d’HQ puisque ces compteurs peuvent être programmés pour favoriser l’une ou l’autre des parties (le client ou Hydro-Québec). L’approximation de la consommation découlant de ces nouveaux compteurs numériques défavorise largement les clients d’HQ. De toute évidence, cette approximation est inadéquate. Dans de très rares cas, la lecture numérique est similaire à la lecture analogique. Si nous sommes chanceux, une augmentation de 20 à 30 % est observée. Dans les pires cas, le montant de la facture augmente de deux à sept fois.

Dans cet article, M. Peter Arella, titulaire d’un doctorat en génie électrique, nous offre une explication. Contrairement à ce qu’affirme l’autre ingénieur dans ce même article, les compteurs numériques ne peuvent faire « une lecture plus fine de la consommation » que les anciens. « Ils sont très sensibles aux variations subites et rapides, même très faibles, ce qui n’était pas le cas des compteurs électromécaniques ». C’est comme cela que la désinformation sur la surfacturation liée aux départs de moteurs s’est propagée dans tous les groupes Refuse de l’Amérique du Nord, donnant ainsi raison à HQ sur le fait que ces compteurs sont plus précis quand c’est tout le contraire. De plus, le compteur numérique ne peut pas reculer et nous ne voyons pas comment il pourrait créditer l’énergie non consommée.

Toutes nos excuses pour cette erreur, et mille mercis au citoyen qui nous a mis la puce à l’oreille.

 Recours collectif

Un avocat de la ville de Québec a contacté un journaliste pour l’informer qu’il était en train d’envisager un recours collectif. La firme d’avocat de Québec étudie la possibilité d’en déposer un, mais il est trop tôt pour en dire davantage puisque l’évaluation des arguments de poursuite possibles est en évaluation pour l’instant. Nous vous tiendrons informés de la suite des événements.

Compteurs Sensus

Le fabricant des compteurs « intelligents » Sensus est dans l’eau chaude depuis quelques mois : ses compteurs se font retirer en Saskatchewan, et maintenant c’est au tour de l’Ontario de faire la même chose. Ce n’est pas le fabricant qui est fautif. C’est plutôt la fragilité de la technologie qui est en cause. En effet, il y a aussi eu des incendies causés par des compteurs de marques Itron et Landis+Gyr (FOCUS). Comme vous le savez, au moins six incendies ont été rapportés dans les médias au Québec depuis le déploiement et les groupes Refuse ont reçu aussi des informations citoyennes à cet effet. Le risque est réel.

Compteurs à radiofréquences : gaz et eau

La ville de Médicine Hat a décidé d’irradier toute la population avec les trois types de compteurs : pour le gaz, l’eau et l’électricité. Ici, au Québec, le déploiement en catimini des compteurs de gaz et d’eau est déjà commencé. Depuis 2012, Gaz Metro a changé ses compteurs pour des compteurs à RF. La ville de Longueuil, depuis 2012, installe ses compteurs d’eau à RF. Avant de déménager à cause du compteur « intelligent », assurez-vous que votre municipalité n’a pas déjà installé ces deux autres sources permanentes de RF dans votre demeure, surtout si la construction date de 2012. À la fin du déploiement des CI, qui peuvent être programmés pour prendre les lectures des compteurs de gaz et d’eau, d’autres fonctionnalités vont être ajoutées : gestion de la demande (pour contrôler votre thermostat, selon l’heure d’utilisation), mesures variées (pour lire le compteur de gaz et d’eau).

Avoir des nouvelles sur les pages Web et Facebook

Nous ne pouvons pas tout vous dire dans les infolettres, nous vous invitons donc à nous suivre, particulièrement sur Facebook, que nous alimentons quotidiennement. D’autres groupes se sont formés, l’opposition est féroce et tout comme leurs porte-paroles. Quelques groupes à suivre : Lévis refuse qui donne des ripostes formidables, Rimouski refuse qui informe très bien sur l’électrosensibilté (voyez ses statistiques), Lanaudière refuse qui, entre autre, fait un travail formidable pour identifier les routeurs dans sa région, St-Calixte (Lanaudière) a une page Facebook très informative, et Magog refuse qui se débat comme un diable dans l’eau bénite contre HQ. Nous devons à Daniel de St-Jean refuse la carte Google qui identifie les routeurs d’HQ et le démarrage du site de Magog. Mille mercis Daniel.

Merci à tous de votre aide et de votre appui solidaire. Ensemble, nous y arriverons.

Basses-Laurentides Refuse

CE QUE LE PEUPLE DU QUÉBEC A FAIT, SEUL LE PEUPLE DU QUÉBEC PEUT LE DÉFAIRE.

Maria Acosta porte-parole

450-939-4549

basses-laurentides-refuse@videotron.ca

facebook.com/BassesLaurentidesRefuse

basseslaurentidesrefuse.com

Urgent! 31 janvier 2015 – Nouveau délai pour l’option de retrait à rabais!

Message urgent de Refusons les compteurs.

Nous venons tout juste d’obtenir la confirmation que le tarif réduit de 15 $ pour ceux qui désirent se départir de leur compteur intelligent (option de retrait)  a été repoussé jusqu’au 31 janvier 2015.

Cette décision aurait été prise en raison du fait que plusieurs citoyens ont tenté sans succès de rejoindre un (e) employé (e) d’Hydro-Québec avant le 5 janvier 2015 qui était le délai imposé par la Régie de l’énergie.

À nouveau, Hydro-Québec s’est montrée très discrète quant aux frais réduits de l’option de retrait. Nous aurions souhaité être en mesure de vous fournir cette information plus tôt. Cependant, nous devons profiter, à tout le moins, des prochains jours pour tenter de transmettre cette dernière au plus grand nombre de gens possible. Nous vous encourageons donc à faire circuler cette information.

* * *

H-Q semble toujours débordé par les demandes de retrait. Si vous ne parvenez pas à obtenir la communication téléphonique, nous vous proposons de faire parvenir votre demande par écrit afin d’avoir une preuve de la date de votre demande.

Modèles de lettres

La Régie de l’énergie autorise une baisse des frais de retrait

Les frais de relève passent de 17 $ à 5 $ par mois et les frais d’installation passent de 137 $ à 15 $*.
Voir la décision de la Régie de l’Énergie – le résumé – le communiqué de presse

conditions de service mises à jour

Si vous avez déjà un compteur émetteur de radiofréquences, Compteur nouvelle génération (CNG) ou Compteur de première génération ( Itron C1SR), demandez sans plus tarder  un compteur non communicant (CNC).

Plus nous serons nombreux à poser ce geste, plus le gouvernement comprendra à quel point ce projet n’est pas acceptable pour la population. Cette baisse substantielle des frais de retrait est une occasion de faire reculer le déploiement massif et il faut la saisir!

Afin de vous prévaloir de l’option de retrait, vous pouvez appeler le service à la clientèle d’Hydro-Québec au 1-800-569-2577 .  Si l’on vous dit d’attendre de recevoir une lettre annonçant le déploiement avant de faire votre demande de retrait, cette information est erronée. Insistez et dites que vous avez le droit de faire retirer tout compteur émetteur de radiofréquence (y compris les Itron C1SR) en tout temps et que cette lettre n’est pas une obligation.

Nous vous recommandons d’avoir la prudence de faire une demande écrite résumant votre conversation téléphonique en remplissant le formulaire électronique du service à la clientèle . Notez le nom du préposé, la date et l’heure de votre appel ainsi que tout autre détail ou incident que vous jugerez digne d’intérêt. Demandez à Hydro-Québec de vous faire parvenir une confirmation écrite de la demande avec un numéro de confirmation et faites inscrire à votre dossier que vous exigez que le retrait soit effectué dans un délai ne dépassant pas 10 jours ouvrables. Prenez soin de copier ce formulaire avant de l’envoyer et conservez cette copie dans vos dossiers.

H-Q semble débordé par les demandes de retrait. Si vous ne parvenez pas à obtenir la communication téléphonique, nous vous proposons de faire parvenir votre demande par écrit afin d’avoir une preuve de la date de votre demande.

Si le suivi de votre demande n’est pas adéquat, adressez-vous au département des plaintes d’Hydro-Québec.

*IMPORTANT : la Régie accorde 90 jours à compter du 5 octobre 2014,  soit jusqu’au  31 janvier 2015, pour profiter de la réduction des frais d’installation à 15 $. Après cette date, l’installation du CNC coûtera 85 $!!

Les clients qui recevront un premier avis d’installation du nouveau compteur auront 30 jours pour se prévaloir du même rabais. La Régie accorde la rétroactivité des frais initiaux d’installation et des frais mensuels de relève. Tous les clients qui ont déjà adhéré à l’Option de retrait selon l’ancien tarif obtiendront un crédit à leur compte.

Nous continuons d’encourager ceux qui ont toujours le compteur mécanique à le conserver car les compteurs électromécaniques sont fiables, n’émettent pas d’ondes nocives, ne coûtent rien et ne comportent aucun risque de piratage électronique ou d’éventuelle facturation différenciée.

Refusons les Compteurs
Le Site – Facebook – YouTube

Remise du prix humanitaire

Le voyage de José Lévesque à Cuba

Un gros merci aux récipiendaires, M. Omar Laguardia, directeur du bureau de Tourisme de Cuba et à Mme Nathalie Bonin, responsable du Développement des Affaires Canada à Iberostar, ainsi qu’à M. Patrick Cloutier, gérant du service en vol de Sunwing, de s’être déplacés malgré le mauvais temps et la distance. Nos remerciements aussi à M. Steve Gagnon, maire suppléant de Saint-Colomban, à M. Michel Gaudet, vice-président et directeur général de l’ASEQ-EHAQ (Association pour la santé environnementale du Québec-Environmental Health Association of Quebec), à Jean-Guy St-Onge du comité Cœurs blancs et à Marie-Michelle Poisson de Refusons les compteurs. Suzanne Éthier de St-Hubert refuse, René Robert de Boucherville refuse ainsi que  M. Fred Cunche, citoyen de Ste-Thérèse, et Mme Vivian Fernández, épouse de M. Laguardia, sont venus nous encourager et nous les remercions grandement.

Nous n’avons pas beaucoup de photos, mais votre générosité est gravée dans nos cœurs.

Point très important : M. Patrick Cloutier de Sunwing nous a annoncé que sa compagnie va accommoder de la même façon tout autre EHS (électro hyper sensible…) qui voyage avec cette société aérienne. En effet, la façon dont a été traité José Lévesque n’était pas l’exception, mais la règle en ce qui concerne le service offert par Sunwing à ses passagers. Nous avons appris que la société est aussi propriétaire d’hôtels sans Wi-Fi. Même son de cloche de la part d’Iberostar : tout est fait pour accommoder sa clientèle.

Dommage que notre propre gouvernement refuse d’accommoder ses citoyens, tout comme Hydro-Québec, une société d’État.

Nous avons invité plus de 150 journalistes et médias et une seule journaliste s’est présentée et publié deux semaines plus tard un article marquant l’événement, merci Mme Frédérique David : Un Colombanois voyage en limitant les ondes qui l’entourent.

Encore une fois, un gros merci à tous ceux qui ont fait un don pour acheter les plaques.

 Plaques Prix Humanitaire

M. Omar Laguardia, José Lévesque et Maria Acosta

M. Omar Laguardia et José Lévesque

M. Omar Laguardia Directeur du bureau de Tourisme de Cuba, José Lévesque de St-Colomban refuse et Maria Acosta de B-L refuse

M. Patrick Cloutier et José Lévesque

M. Patrick Cloutier,Gérant du service en vol de Sunwing et José Lévesque

Jean-Guy St-Onge

M. Jean-Guy St-Onge co-fundateur du Comité Cœurs blancs

M. Michel Gaudet

 M. Michel Gaudet, Vice-président et Directeur général de l’ASEQ-EHAQ

D’autres photos à venir.

Une autre soirée sur les compteurs « intelligents » à Magog

Une autre soirée sur les compteurs intelligents à Magog

 Puisque les journaux tels La Presse et ses affiliés n’offrent pas l’opportunité de faire des commentaires, Mme Jocelyne Breton de Lévis refuse a envoyé une lettre au journaliste Jean-François Gagnon de La Tribune, en demandant une publication de son commentaire pour rectifier les faits; ce qui n’a pas était encore fait.

Objet : SVP Commentaire à publier / La Tribune article 4837720 du 23 janvier 2015 intitulé Une autre soirée sur les compteurs intelligents à Magog :

Bonjour M. Gagnon,

Juste un mot pour vous dire que la photo placée au-dessus de votre article n’est pas représentative du contenu de votre article. Ce compteur est un Itron C1SR, qu’Hydro Québec installe depuis déjà 2004! Ce n’est pas un compteur intelligent. C’est un compteur communicant à courte portée.

Pour ce qui est de l’affirmation suivante dans votre article :
« Désireux d’en apprendre davantage au sujet de compteurs dits “intelligents”, le conseil municipal de Magog a récemment reçu des représentants de la Direction de santé publique. Le message alors transmis aux élus était semble-t-il limpide : les compteurs à radiofréquences ne sont pas dangereux pour la santé »

Je ne doute pas une seconde que ce message était limpide et clair… et remarquez bien qu’il a été transmis à huis clos! Il faut être drôlement naïf, avoir reçu des menaces ou bien avoir un intérêt financier ou politique, pour croire les propos de la Direction de la santé publique du Québec, alors que près 6000 études à travers le monde font état des dangers de la technologie utilisant les micro-ondes.

N’oubliez jamais dans vos propos de relever le fait que le Gouvernement tire de gros profits des bénéfices d’Hydro-Québec, puisqu’ils les prélèvent directement pour les verser au Fonds des générations de manière à réduire le déficit… enfin c’est ce qu’ils prétendent nous faire croire! D’autre part, toutes les agences et la Régie de l’énergie ont été instituées par ce même gouvernement, et sont toutes représentées par des gens qui viennent de l’industrie de l’énergie ou de ministères reliés à l’énergie et aux ressources naturelles, dont ils défendent bec et ongles les intérêts, et qui ont plus ou moins un intérêt à tirer profit de ces installations.

Regardez les toits des hôpitaux et des édifices gouvernementaux… vous y verrez des antennes de transmission micro-ondes loués à ces organismes. Au niveau fédéral, le Gouvernement a intérêt à tenir les normes édictées par le code 6 de sécurité très élevées… pourquoi? Parce que ces normes sont suggérées par l’industrie du cellulaire et surtout, parce que le gouvernement canadien tire des profits des droits d’exploitation de ces ondes.

Parlons des municipalités, pourquoi ne font-elles rien? Parce qu’elles ont besoin de la collaboration d’Hydro-Québec pour réaliser plusieurs aspects de leur plan d’urbanisation. Dans toutes les villes, on voit à un moment donné un projet où pour réaliser un parc ou une piste cyclable, Hydro-Québec fait don de terrains ou cède des droits de passage. Et ce n’est que la pointe de l’iceberg! Remarquez que toutes les rencontres avec les conseils municipaux, que ce soit celles d’Hydro-Québec ou celles de la Santé publique, se font toujours à huis clos… Qu’ont-ils donc à cacher… ou de quoi menacent-ils les édiles municipaux?   Quoi qu’il en soit, il y a toujours une apparence de conflit d’intérêts puisque tout est fait derrière des portes closes!

Il est grand temps qu’une commission d’enquête publique, réellement indépendante, soit instituée pour faire la lumière sur les agissements d’Hydro-Québec, de la Santé publique et de la Régie de l’énergie. La constitution de cette commission d’enquête devrait contenir des représentants du public ordinaire, des médecins ordinaires, des chercheurs, des économistes, des scientifiques et des représentants du monde légal, mais aucun de ces représentants ne devrait avoir de liens, de près ou de loin avec le gouvernement ou l’une des instances qui font l’objet d’une enquête. Par ailleurs, au Québec, les commissions d’enquête ne devraient pas être mises sur pied par le gouvernement, mais bien par le système judiciaire, et ce, de manière indépendante.

Pour ce qui est de la Santé publique, elle n’ira pas affirmer que les émissions de radiofréquences peuvent nuire à la santé, puisque le collège des médecins du Québec est en arrière d’une bonne quinzaine d’années sur la question par rapport aux organismes équivalents en Ontario, en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick et plusieurs pays d’Europe, dont la France, les pays nordiques, l’Allemagne, etc.

En 2009, il y a eu ce qu’il est communément appelé « l’Appel du 23 mai 2009 » à la suite d’un Congrès de médecins et de chercheurs de la communauté européenne. Suite à ce congrès, une déclaration unanime de la communauté internationale des scientifiques regroupant des chercheurs et des professionnels de la santé a été diffusée. En voici le lien :

http://www.dailymotion.com/video/x8s5y6_electrosensibilite-appel-des-scient_news

Cet appel date déjà de 5 ans… et notre Santé publique québécoise, ainsi que nos brillants médecins, qui ne s’attaquent toujours qu’aux symptômes et non aux causes de nos maladies, ne sont même pas encore au courant!?!?!?   J’en doute fort! Mais ce dont je ne doute pas, c’est qu’il y a beaucoup d’intérêts financiers et politiques en jeu. Que vaut la santé des gens dans la balance quand il y a du fric à faire?

J’espère que vous aurez l’honnêteté de présenter les deux côtés de la médaille. Les citoyens du Québec n’ont pas besoin d’être rassurés. Ce ne sont pas des enfants. Par contre, ils ont besoin d’être entendus, écoutés et considérés. Ils ont besoin de connaître la vérité et d’être représentés correctement par leurs élus. Quant aux élus fédéraux, provinciaux ou municipaux, ils doivent se rappeler pourquoi ils sont là, qui les ont élus et dont ils doivent défendre en tout temps les intérêts du citoyen et pas ceux des multinationales.

Merci de m’avoir lu et, au cas où ça vous dirait de compléter votre article avec mes propos, je vous autorise à publier ma réponse.

Meilleures salutations
Jocelyne Breton

que faire après le 5 janvier

Aujourd’hui nous avons passé des heures à répondre aux citoyens encore pris avec un CI parce que la ligne téléphonique d’HQ était occupée. Que faire? Continuez à essayer et envoyez un courriel à la Régie et aux élus décrivant votre situation. Pas parce qu’HQ n’a pas prévu la situation (ou nous a vu venir et a choisi de freiner l’avalanche de refus…), cela veut dire que vous devez payer les conséquences. Plus que de citoyens se plaignent à la Régie, plus de chances qu’elle donne une extension pour l’installation à rabais. À genou nous avons mal, debout nous restons dignes.

Suivez les instructions dans ce lien.

Réponses à Mario Dumont et ses adeptes

Aujourd’hui c’est la dernière journée pour faire changer le compteur à Radiofréquences (« Intelligent » ou pas) : 15 $ pour l’installation, demain 85 $. Le nombre d’Options de retrait est tellement haut qu’HQ bloque les demandes par téléphone, en ligne et par télécopieur. Il ne reste que par courriel recommandé et pour cette raison elle a trouvé un autre moyen de publicité avec Mario Dumont qui est vendu à ce type de compteur.  Mario Dumont n’est qu’un outil de propagande, rien de plus.

Quelques réponses données dans son Facebook

Illégal veut dire « contraire à la loi » et Hydro n’est pas une entité juridique; ne pas donner accès au compteur va en contre des conditions de service, pas contre aucune loi provinciale ni fédérale. Ce qui est illégal est l’attitude d’Hydro qui veut imposer ses nouveaux compteurs sans demander la permission au client. C’est qui est illégal est placer deux antennes à micro-ondes dans la propriété du client sans sa permission et sans payer une ristourne à ceux qui sont d’accord. Concernant la surfacturation, TOUS les compteurs numériques sont très fragiles et imprécis dans la lecture de la consommation. C’est un problème inhérent : contrairement au compteur analogique (à roulette) qui est construit des matériaux robustes, presque indestructibles, et très précis dans sa lecture, capable de créditer toute énergie non consommée, le signal numérique est imprécis et sauf dans très, très rares exceptions il ne représente jamais la vraie quantité analogique; le numérique ne fait que faire une approximation qui défavorise le client.

Plusieurs facteurs sont à la base d’une moins bonne lecture numérique, la fréquence d’échantillonnage n’en est qu’une parmi plusieurs d’autres. Puisque dans le cas du numérique, la consommation est calculée par des formules mathématiques qui ont tendance à commettre des erreurs, qui sont répétés nombreuses fois pendant la journée et qui ne font que s’accumuler, il est donc « normal » d’être surfacturé. De plus, cette lecture approximative peut être programmée pour qu’elle favorise la compagnie d’Hydro, ce qui semble être toujours le cas.

En Californie, mêmes compteurs que les nôtres, la PG& E (Hydro) a dû admettre que certains compteurs sont affectés par la température et donnent des lectures « fantômes », non existantes, et les clients se trouvaient, comme ici, avec des factures plusieurs fois plus hautes. Toujours en Californie, la PG& E a admis, quand confronté à la surfacturation, que 50 % des compteurs lisaient la consommation d’une autre maison et pas celle du client.

Le compteur « intelligent », même quand la maison n’est plus alimentée (disjoncteur central arrêté), continue à prendre l’énergie des lignes voisines pour être capable de communiquer avec ses « frères » et plus d’un client, avec des maisons vides, se plaignent d’une facture des centaines des dollars, même si la consommation du client est de zéro.

La surfacturation et une réalité de ce type de compteur, le Vérificateur général de l’Ontario est en train de l’investiguer et en attendant que son homologue du Québec pose le même geste, les clients peuvent s’en acheter un TED 5000 pour mesurer la consommation réelle et ainsi prouver sans l’ombre d’un doute à Hydro que le compteur se trompe et avoir droit au crédit bien mérité.

Les autres appareils sans fil sont des choix et peuvent être déconnectés; le compteur émet les 24 h (9600 à 190 000 fois par jour-EPRI) et il est imposé. Les crêtes réelles sont de 55 000 µW/m2 (CRIQ), les 50  µ W/m2 ce sont une moyenne et votre corps ne fait pas de moyenne. Le niveau de sécurité hygiénique de 0,000001 à ,00000000001 µ W/m2 – c’est le bruit de fond naturel au cours des activités cosmiques normales et auquel nous avons évolué.  Notre exposition aux CEM-RF a augmenté de dix trillions de fois (10 X 1018) depuis les derniers trente ans. À partir de 20 µ W/m2 des symptômes ont été répertoire.

HQ est certifié pour tester ses propres compteurs… au nom de Mesures Canada. Santé Canada ne prend en considération que l’effet thermique (50  µW/m2 pendant un max de six minutes) et pas le non thermique (de 55 000 µW/m2 les 24 h, 65 000 µW/m2 selon l’EPRI). Les calculs mathématiques numériques sont imprécis et les erreurs cumulatifs parce que lus plusieurs fois par jour, ce qui n’est pas le cas des compagnies de câble.

Très peu des clients n’ont pas eu de changement dans leur facture, 90 % ont souffert une augmentation illusoire parce que ce type de compteur ne fait que des approximations mathématiques. Considérez-vous chanceux et respectez la majorité qui se trouve avec des factures de centaines à des milliers des dollars mensuels. Eux aussi on a fait attention et cette augmentation est injuste.

Tous les clients d’HQ paient les frais de lecture; elles sont incluses dans la facture, simplement pas visibles. Que vous fait croire qu’une compagnie offre ses services gratuitement? Les frais de l’option de retrait ne sont que des tactiques de dissuasion pour que les gens l’acceptent de force. D’autres compagnies d’Hydro n’ont pas ces frais et elles ne sont pas en faillite; elles sont simplement honnêtes. Ne soyez pas naïve, nous payons tous la relève. Les clients qui ont conservé leur compteur à roulette paient la consommation réelle, contrairement à la majorité des clients qui paient une consommation numérique qui est une approximation qui défavorise le client.

Faites l’essai avec un TED 5000 et comparez la consommation des deux types de compteurs et celui à roulette est TOUJOURS plus proche à la réalité.

Aujourd’hui, un homme sur deux souffre d’un cancer et une femme sur trois. Les tumeurs du cerveau ne cessent d’augmenter, tout comme les gliomes hypsolatérales (côté d’utilisation du cellulaire) et le cancer des testicules. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, les nouveau-nés naissent avec un cancer et le nombre de tumeurs bizarres au cerveau ne cesse d’augmenter pour ces enfants. Un enfant a besoin que de deux mutations pour développer un cancer, cela veut dire que les mutations sont arrivées soit dans l’œuf/spermatozoïde ou soit pendant la grossesse. Survivre à un cancer avec des séquelles néfastes n’est pas du progrès; encore moins débuter sa vie avec un. Selon les spécialistes, à la vitesse que la nouvelle technologie est utilisée de manière irresponsable, d’ici 10 ans ça serait rare une personne sans cancer. C’est ça du progrès?

La surprise va arriver à la fin de votre contrat de paiement différé, comme cela a été les cas des clients qui l’ont eu avant le 4 octobre. Aujourd’hui c’est la dernière journée pour faire changer le compteur à Radiofréquences (« Intelligent » ou pas) : 15 $ pour l’installation, demain 85 $.

Le syndicat a arrêté de faire du brouhaha dès que ses membres ont été déménagés ou retraités; les autres employés, non syndiqués ont dû avaler l’amère pilule et le syndicat ne dit plus un mot.

Au contraire, HQ s’est rendu compte de la vache à lait que sont les compteurs numériques imprécis et programmables en faveur de la compagnie d’Hydro. Est comme c’est elle qui les teste… ni vu ni connu.

Informez-vous en remplissant ou en lissant le questionnaire et ensuite jugez si une Association médical (Autriche) s’imagine les problèmes de santé. De 3% à 5% sont hypersensibles extrêmes (qualité de vie très réduite), 35 % le sont modérés et récupèrent en s’éloignant de la source et le reste est asymptomatique, c’est à dire ils n’ont pas un système d’alarme et sont inconscients des dommages qui se présentent que des années après, comme l’hypertension, l’autre tueur silencieux. https://basseslaurentidesrefuse.com/questionnaire-bilan-de-sante/

barricader votre compteur

Compteurs barricadés – Hydro-Québec ne fera rien …

Dans la réponse officielle qui apparait sur son site web, Hydro-Québec n’annonce aucune sanction et a plutôt l’intention de « discuter avec le client »…

En prenant ainsi l’initiative d’aborder la question des compteurs barricadés, Hydro-Québec admet (enfin!) que plusieurs citoyens décident de ne pas se conformer à ses directives. Hydro-Québec admet aussi par conséquent que l’opposition citoyenne ne se résume pas aux seules « options de retrait » officiellement accordées par la Régie de l’énergie et qui sont toujours les seules expressions de refus qu’Hydro-Québec a daigné comptabiliser et communiquer à la Régie de l’énergie dans ses rapports de suivi trimestriels. Hydro-Québec a toujours nié toutes les autres formes d’expression de refus tels que les mises en demeure de retirer les compteurs sans frais, les avis de refus par courrier recommandé et les compteurs inaccessibles (compteurs dans les domiciles et compteurs barricadés).

Il est possible qu’Hydro-Québec hésite à sévir, car l’imposition forcée des compteurs intelligents pourrait contrevenir à plusieurs autres lois en vigueur (notamment la loi de l’environnement et la charte des droits et libertés de la personne) et que les Conditions de service n’auraient pas priorité sur les autres lois en cas de recours judiciaires. Ceci dit, les lumières de juristes compétents sur ces questions seraient grandement appréciées …

Pour plus d’information, visitez le site de Refusons le compteurs