Prêt à jeter – The Light Bulb Conspiracy

Le documentaire Prêt à jeter – The Light Bulb Conspiracy réalisé par Cosima Dannoritzer en 2010 a été diffusé à plusieurs reprises sur Arte.

A travers différents exemples historiques, tels que le cartel de Phoebus et les bas nylons de DuPont, la réalisatrice allemande décrit l’émergence du concept d’obsolescence programmée. Les interventions d’experts tels que l’économiste Serge Latouche ou le designer John Thackara permettent de comprendre ce phénomène dans le contexte actuel et son implication dans notre société de consommation. Le reportage étudie également les enjeux écologiques des déchets électriques et électroniques, notamment à travers l’exemple d’immenses décharges à ciel ouvert en Afrique de l’Ouest.

Publicités

Radio-Canada-Découverte-Dangers des ondes électromagnétiques

Ce documentaire est apparu en 2012 et évidemment HQ et l’industrie n’ont pas trop apprécié et ils ont corrigé le tir avec le documentaire apparu en juin 2013 qui affirme que les micro-ondes sont sans danger. En même temps, lors des séances à la Régie HQ a exigé que le témoignage du Dr Carpenter ne soit pas accepté parce qu’elle ne le considérait pas un expert. Il faut bien féliciter la société d’État pour son efficacité à désinformer avec une telle précision. Aujourd’hui, la majorité de téléspectateurs est convaincue que les RF sont inoffensives. Espérons que cet autre documentaire va les ouvrir les yeux.

À Montréal il y a 1000 antennes aux micro-ondes, HQ va poser 3, 7 millions de compteurs « intelligents » avec chaque un deux antennes à micro-ondes (900 MHz pour communiquer entre eux et 2,4 GHz pour communiquer avec vos appareils « intelligents » à l’intérieur de la maison). De plus, HQ est en train d’installer 600 routeurs plus des collecteurs. Comment le fait d’augmenter le nombre de sources de micro-ondes dans notre belle Province va-t-il nous affecter? HQ prétend que c’est sans danger, et vous qu’en pensez-vous?

Puisque nous recevons encore des commentaires de citoyens qui ont visionné le reportage de Radio-Canada sur les compteurs « intelligents » en juin dernier(1), nous avons décidé de vous transmettre les échanges écrits entre B-L refuse et Claude D’Astous, journaliste et auteur du reportage en question.

Sachez que depuis, Thomas Gervais ne participe plus l’émission Code Chastenay. Malheureusement, il fait toujours partie des conseillers de la Fondation David Suzuki (2); David Suzuki a affirmé que les CI sont sans danger pour la santé et n’a pas répondu à notre lettre … ni à celles d’autres citoyens préoccupés. Il a également annoncé une alliance avec le Projet Trottier(2) … de Lorne Trottier!

Nous n’avons d’ailleurs pas donné suite à la réponse de l’Ombudsman, qui nous a donnée la même qu’à M. André Fauteux (4), parce que nous jugeons inutile d’essayer de communiquer avec une personne qui a, d’une part, déjà pris une décision et qui, de plus, se permet de nous dire qu’il a, en quelques jours, révisé des dizaines des milliers d’études scientifiques qui ne démontrent aucun effet non thermique :

« D’abord, mes propres vérifications confirment ce que soutient l’équipe de Découverte, soit que, depuis plus de 30 ans, la très grande majorité des études scientifiques validées sur les radiofréquences concluent que celles-ci n’ont aucun effet sur la santé humaine. Je signale au passage qu’il y a eu plusieurs dizaines de milliers de ces études. » – Pierre Tourangeau, ombudsman

Lettre à R-C – Reportage Compteurs intelligents et radiofréquences ( juin 2013)

Réponse Plainte Basses-Laurentides-Refuse

Réponse à la lettre de M. D’Astous

(1) http://www.radio-canada.ca/emissions/decouverte/2012-2013/Reportage.asp?idDoc=295659
(2) http://www.davidsuzuki.org/fr/ce-que-vous-pouvez-faire/cercle-scientifique/dr-thomas-gervais/
(3) http://www.davidsuzuki.org/fr/champs-dintervention/changements-climatiques/projets/projet-trottier-pour-lavenir-energetique/
(4) http://www.ombudsman.cbc.radio-canada.ca/fr/revision-des-plaintes/2013/compteurs-intelligents-un-magazine-scientifique-n-est-pas-une-emission-d-affaires-publiques-decouverte/

Lettre à Mme Ouellet – respect d’engagement

Longueuil, le 16 décembre 2013

Madame Martine Ouellet
Ministre des Ressources naturelles
5700, 4e Avenue Ouest, bureau A 301
Québec (Québec) G1H 6R1
Courriel : ministre@mrnf.gouv.qc.ca; comte.vachon@mrn.gouv.qc.ca

Objet : Décret de préoccupations à l’intention de la Régie de l’énergie du Québec avant l’autorisation des phases 2 et 3 du projet LAD (lecture à distance) d’Hydro-Québec Distribution

Madame la Ministre,

La présente a pour but de vous demander de donner suite à un important engagement dans le dossier des compteurs dits « intelligents » que vous avez pris devant de très nombreux citoyens venus vous rencontrer à La Maison des citoyens, située au 5610, chemin de Chambly, arr. Saint-Hubert, à Longueuil, le 5 octobre dernier, dans le cadre d’un Portes ouvertes que vous avez organisé pour inviter les citoyens à venir « discuter des enjeux qui les préoccupent ».

En effet, au cours de cette rencontre, devant plus de 70 citoyens présents, vous avez clairement affirmé que le gouvernement a le pouvoir d’intervenir dans l’actuel déploiement de compteurs intelligents, au stade d’approbation des phases 2 et 3 par la Régie de l’énergie sous la forme d’un décret de préoccupations.

Or, selon un communiqué émis par Hydro-Québec le 14 novembre dernier, Hydro-Québec a déposé auprès de la Régie de l’énergie sa demande d’approbation des deuxième et troisième phases du déploiement.

Par conséquent, nous vous demandons de respecter cet engagement et de rédiger un décret de préoccupations faisant état des risques pour la santé, l’environnement, la vie privée, la sécurité et la capacité de payer des citoyens que constitue le déploiement massif de compteurs intelligents par Hydro-Québec Distribution, et dont la Régie de l’énergie du Québec devra tenir compte au moment d’approuver, entre autres, les phases 2 et 3 du projet LAD d’Hydro-Québec Distribution.

De plus, compte tenu que les audiences devant la Régie de l’énergie par Hydro-Québec ont débuté le 6 décembre dernier, nous vous demandons de nous confirmer par écrit que vous allez respecter cet engagement, et que vous allez préparer dans les meilleurs délais ce décret de préoccupations permettant de traduire toutes les inquiétudes qui vous ont été vivement exprimées et communiquées par de nombreux citoyens le 5 octobre dernier, en lien avec l’actuel déploiement de compteurs intelligents sur le territoire du Québec.

Nous vous soulignons également que l’opposition aux compteurs intelligents prend de l’ampleur de jour en jour et qu’elle ne se limite plus maintenant aux préoccupations des citoyens. Nous comptons actuellement 26 demandes de moratoire et 13 demandes d’abolition des frais et/ou d’alternatives aux compteurs intelligents de la part de municipalités, ainsi que cinq (5) demandes de moratoire provenant de l’Union des consommateurs, du FRAPRU (Front d’action populaire en réaménagement urbain), de l’ACEF (Association coopérative d’économie familiale) de l’Est de Montréal, du SFPQ (Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec) et de la LDL (Ligue des droits et libertés).

En terminant, nous vous demandons de bien vouloir nous accorder une rencontre formelle, à nous, soussignées, ainsi qu’aux citoyens auprès desquels vous avez pris lesdits engagements, afin que vous nous informiez de la façon dont votre gouvernement compte intervenir pour répondre aux demandes de la population, des municipalités du Québec et des divers organismes qui se sont prononcés sur ce dossier. Nous aimerions aussi connaître les résultats à ce jour de toutes vos démarches auprès de M. Thierry Vandal, président-directeur général d’Hydro-Québec.

Dans l’attente de vos nouvelles, nous vous prions d’agréer, Madame la Ministre, nos salutations distinguées.

Andréa Silva, fondatrice de LONGUEUIL REFUSE, et Jocelyne Morency, fondatrice de POINTE-AUX-TREMBLES REFUSE

Compteurs polluants

Les journaux l l’Écho du Nord et Le Mirabel ont publié un article d’un lecteur, M Gleason Théberge. Immédiatement HQ a publié une réplique qui ensuite Basses-Laurentides refuse a répondu à chaque ligne de désinformation que le porte-parole a publiée.

Bonne lecture à tous et merci aux citoyens qui continuent à nous informer des articles qui apparaissent dans des journaux des Basses-Laurentides.

Hydro-Québec réagit au texte de Gleason Théberge